Disparition

Pete SEEGER (1919 - 2014)

Le père de la Folk Music Américaine, Pete Seeger, est décédé le 27 janvier dernier, à l'âge de 94 ans. Avec lui disparait un "monument" de l'histoire musicale, initiateur d'un courant, le Folksong protestataire, qui inspira des artistes comme Bob Dylan, Joan Baez ou Peter, Paul & Mary. On lui doit des chansons admirables comme "Turn, Turn, Turn", "The Hammer Song", "Where have All The Flowers Gone" et "Guantanamera" sur le texte du poète Cubain José Marti. Militant infatigable, il a oeuvré toute sa vie en faveur des désherités, des droits civiques, de l'environnement et de la paix.

En 2006, Burce Springsteen lui a rendu hommage avec l'album "The Seeger Sessions".

Depuis 2007, je signais chaque année la pétition intiée par le comité qui demandait que le prix Nobel de la paix lui soit attribué. Il ne l'aura jamais, dommage !

"Pete Seeger croyait profondément au pouvoir des chansons. Pendant des années, Pete a mis sa voix au service des droits syndicaux et des droits civiques, de la paix dans le monde et de la protection de l'environnement. Parce qu'il nous a rappelé d'où nous venions et nous a montré où il nous fallait aller, nous serons toujours reconnaissants à Pete Seeger".

Barack Obama

Disques

Bill CARROTHERS / Sunday Morning

Décidément, Bill Carrothers est dans une incroyable période de créativité. Les disques s'enchainent, tous différents, tous réussis. Celui-ci a été produit par le label "Vision Fugitive" a qui on devait déjà le superbe "Armistice 1918", sorti en 2004. Ici, Bill Carrothers s'attaque à un nouveau pan du patrimoine musical Américain, les airs religieux qui ont bercé son enfance. Il est entouré de sa femme Peg (chant), du clarinettiste Jean-Marie Foltz, du violoncelliste Matt Turner, du contrebassiste Nicolas Thys et d'un choeur. Bill est protestant luthérien, sa femme, catholique, moi, je suis athée. Qu'importe, cette musique nous rassemble car elle est l'expression de notre mémoire collective.

Gretchen PARLATO / Live In NYC

Premier album "Live" pour Gretchen Parlato, enregistré au Rockwood Music Hall, à New York. Ce disque vient confirmer ce que j'avais ressenti lorsque je l'avais vue sur la scène de "Jazz en Tête", en 2007, c'est une vraie chanteuse de Jazz. Pas de fioritures inutiles, juste une voix sensible, légèrement voilée qui nous séduit irrésistiblement. Les jurés du "Thelonious Monk International Jazz Vocal Competition" ne s'y étaient pas trompés en lui attribuant leur premier prix en 2004.

Un morceau, une histoire

Love For Sale (Cole Porter)

Cette chanson a été composée par Cole Porter pour la comédie musicale "The New Yorkers", créée à Broadway en 1930. Interprétée alors par Kathryn Crawford, elle raconte l'histoire d'une prostituée qui travaille dans le quartier de Times Square. Elle fut longtemps interdite à la radio en raison d'un texte jugé scandaleux ("Who's prepared to pay the price, for a trip to paradise, Love for sale"...). Beaucoup de très belles versions : Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Mel Torme, Miles Davis & Cannonball Adderley ... Ma préférée reste celle d'Anita O'Day sur l'album "Swings Cole Porter", enregistré avec l'arrangeur Billy May. Et puis souvenons-nous que Cole Porter a écrit quelques-uns des plus célèbres standards du Jazz (Night And Day, I've Got You Under My Skin, I Get A Kick Out Of You, I Love Paris, Just One Of Those Things, My Heart Belongs To Daddy, What Is This Thing Called Love ...).

DVD

Antoine HERVE / La leçon de Jazz - Bill EVANS

Avec ce nouveau DVD, le Pianiste Antoine Hervé poursuit son travail pédagogique, nous faire découvrir toutes les subtilités de l'oeuvre des maîtres du piano. C'est vraiment passionnnant. Déja parus : Dave Brubeck, Duke Ellington, Oscar Peterson, Thelonious Monk et Keith Jarrett.

Bad News

Le mois de décembre a vu la disparition de deux grands du Jazz. Le 10, Jim HALL, l'un des tous meilleurs guitaristes de l'ère moderne, nous a quitté à l'âge de 83 ans. On retiendra ses collaborations avec des artistes comme Sonny Rollins, Bill Evans, Ella Fitzgerald (en particulier sur le "Ella In Berlin"). Il avait également été l'un des premiers à s'inspirer de la Bossa Nova qu'il avait découverte à l'occasion d'une tournée au Brésil, en 1960.

Le 23, le saxophoniste et flûtiste Yusef Lateef est décédé à l'âge de 93 ans après une longue carrière qui l'a vu évoluer du Bop, au Free Jazz, puis à la musique New Age. Ces dernières années, il se produisait parfois avec le pianiste Ahmad Jamal.

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

Richard HAWLEY / Coles Corner

Coup de coeur !

Merci à Sophie et Nicolas, fidèles lecteurs de cette Newsletter, pour m'avoir fait découvrir Richard HAWLEY, compositeur, chanteur et guitariste originaire de Sheffield en Angleterre. Un Crooner dans le style Folk Rock, voilà comment on peut schématiquement le définir. Sa musique est sophistiquée, parfois nonchalante et toutes les compositions de ce "Coles Corner" sont excellentes. Hawley est un adepte de l'instantanéité, une prise de son lui suffit généralement. D'ailleurs, il fait volontiers référence au studio "Sun Records" où la prise unique était la règle. La voix de Richard Hawley change et s'adapte au fil des morceaux et l'on retrouve des intonations qui rappellent, tout à tour, David Bowie, Bryan Ferry, Roy Orbison, Mark Knopfler ou Dean Martin. Avec des mots simples, il parle avec poésie des petits riens de la vie quotidienne, comme dans la chanson qui donne son titre à l'album :

                           I'm going downtown where there's music,

                           I'm going where voices fill the air,

                           Maybe there's someone waiting for me

                           With a smile and a flower in her hair

Vraiment, ne passez pas à côté de ce très bel album.

"Coles Corner est l’un de ces albums de haut vol qui, comme arrachés à la pesanteur du présent, planent majestueusement au-dessus de la mêlée". Les Inrocks - Août 2005

Une photo, une histoire

Danemark - Rungstedlund - la maison de Karen Blixen – 25/08/2009

Située à une vingtaine de kilomètres de Copenhague, dans le village de Rungsted, voici la maison où naquit et mourut l'écrivain Karen Blixen (1886 - 1962). La demeure date du milieu du 17e siècle, c'était alors une auberge sur la route d'Elseneur. Devenue aujourd'hui un musée, elle est restée telle qu'elle était du vivant de Karen Blixen. Outre son mobilier, on y trouve de nombreux souvenirs de la vie "Africaine" de l'artiste. Parmi ses oeuvres les plus connues, "La ferme africaine" dont est tiré le film "Out Of Africa" et "Anecdotes du destin" dont une nouvelle à donné le film, "Le festin de Babette".

La tombe de Karen Blixen, toute simple, se trouve au fond du parc de 16 hectares.

Livre

Françoise SAGAN / Avec mon meilleur souvenir

Publié en 1984, "Avec mon meilleur souvenir" rassemble 10 textes sur des lectures, des passions et des rencontres qui ont marquées Françoise Sagan. On y retrouve Orson Welles, Tennessee Williams, Jean-Paul Sartre ... et Billie Holiday. En quatorze pages, Sagan nous relate son éphémère relation amicale avec Billie Holiday. Elle découvre "Lady Day" en 1956, à l'occasion d'un voyage à New York. Elle se rend même en voiture, jusque dans le Connecticut, pour la voir sur scène car Billie est "Persona Non Grata" dans l'état de New York pour une affaire de drogue. A partir de ce jour, elle en devient une admiratrice inconditionnelle. Pendant quinze jours, ou plutôt, "quinze aubes" comme elle dit, elle l'écoute chez Eddie Condon et les deux femmes sympathisent. Elles se rencontrent, à nouveau à Paris, en 1958 et restent amies jusqu'à ce que la mort de la chanteuse, en 1959, les sépare. Ce soir de 1958, au Mars Club, Françoise Sagan retrouve Billie mais ce n'est plus vraiment elle "Elle avait maigri, elle avait vieilli et sur ses bras, se rapprochaient de plus en plus des traces de piqûres". De façon prémonitoire, Billie lui dit "Darling, you know, I am going to die very soon in New York, between two cops" (je vais  bientôt mourir à New York, entre deux flics). Et c'est ce qui s'est réellement produit !

Stanislav Bojankov - Landscaping On Jazz IX

Stanislav Bojankov - Landscaping On Jazz IX

Retour à l'accueil