Disque

Vincent PEIRANI & Emile PARISIEN / Belle Epoque

Ce disque, très attendu, est la rencontre entre le lauréat du Prix Django Reinhardt du musicien de l'année 2012 (Emile Parisien) et le lauréat 2013 (Vincent PEIRANI). Depuis plusieurs années, ils jouent ensemble au sein de "Sweet And Sour", le quartet de Daniel Humair. C'est à la demande de Siggi Loch, le patron du label ACT, qu'ils ont conçu ce projet en duo, autour du répertoire de Sydney Bechet. Le disque comprend donc des reprises de Bechet, des compositions originales des duettistes et trois autres reprises. Voici ce qu'ils disent de leur travail : "La création de ce répertoire nous a plongés dans un état d'euphorie, de légèreté, mélangeant nos influences allant de la musique populaire aux compositeurs du début du XXème en passant par le jazz bien sûr ou encore les musiques du monde. Tous ces éléments réunis ont fait écho à un état d'esprit, un temps où les gens s'amusaient, étaient insouciants, curieux, heureux de découvrir de nouvelles choses. En d'autres termes : La Belle Époque" ! Ce bonheur de jouer imprègne ce disque et la complicité véritablement complémentaire du Saxophone Soprano de Parisien et de l'Accordéon de Peirani est évidente. Dès le premier morceau, "Egyptian Fantasy" de Bechet, on est saisi par la limpidité et la modernité de leur jeu. Cette impression ne se dément pas au fil de l'écoute de cet enregistrement que l'on savoure avec bonheur.  Un disque qui ravira les amateurs de musique au sens large et pas simplement les Jazzfans. En ce qui me concerne, plus je l'écoute, plus je le trouve formidable.

Peut-être le disque de l'année ?

Un morceau, une histoire

For Lena And Lennie (Quincy Jones)

Ce morceau composé par Quincy Jones, figure sur son album "The Quintessence", sorti en 1961. En réalité, il ne s'agit pas de la version la plus connue de ce titre qui est sans conteste celle de Count Basie sur l'album "One More Time". Quincy Jones a écrit lui-même les arrangements des deux versions mais celle enregistrée par le "Count" est musicalement beaucoup plus aboutie.

Mais "For Lena And Lennie", c'est aussi la formidable interprétation des "Double Six", sous le titre "En flânant dans Paris". Fondés en 1956 par Mimi Perrin, les Double Six tiennent leur nom d'une technique d'enregistrement nouvelle pour l'époque, le re-recording. Ainsi, les six chanteurs et chanteuses du groupe semblent être douze. Ils reprennent des grands standards du Jazz en substituant leurs voix, aux instruments des versions originales. Le résultat, des enregistrements qui reproduisent à la perfection les originaux, en particulier sur ce titre. Il ne s'agit pas d'une simple imitation mais d'une véritable oeuvre créatrice. Ecoutez et faites vous un avis !

Cinéma

Valse pour Monica

Excellente surprise que ce film, sorti le 19 mars. Il raconte, avec talent, la vie de Monica Zetterlund, la chanteuse de Jazz Suédoise (1937 - 2005). Le rôle titre est tenu par l'actrice et chanteuse Edda Magnason qui campe une Monica étonnante de vérité. La bande originale du film a été concoctée par le pianiste Peter Nordahl que l'on avait déja entendu aux côtés de Lisa Ekdhal sur le disque "Back To Earth". Ce beau film rend enfin justice à une chanteuse ignorée de bien des amateurs de Jazz.

Monica Zetterlung est surtout connue pour son interprétation de "Waltz For Debbie", sous le titre "Monicas Vals", que Bill Evans avait spécialement arrangé pour elle. Mais son talent et sa carrière ne sauraient se réduire à ce simple morceau.

La fin de vie de Monica Zetterlund fut dramatique. Souffrant d'une sévère scoliose, elle avait beaucoup de mal à se déplacer. Elle périt, brûlée vive, dans l'incendie de son appartement, ne parvenant pas à s'en échapper. Heureusement, grâce aux enregistrements, nous pouvons toujours profiter de sa voix légère et subtile qui n'est pas sans rappeler celle d'Astrud Gilberto.

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

Dave Van RONK - L'oublié de la Folk Music !

Encore un artiste majeur passé aux oubliettes de l'histoire. On peut résumer le personnage en disant qu'il avait pour maître, le révérend Blind Gary Davis et pour disciple, Bob Dylan dont il fut l'ami et le professeur de guitare, à ses débuts. Venu du Jazz et du Blues, il a été l'inspirateur du courant Folk New Yorkais des années soixante, sans jamais connaitre véritablement le succès. On lui doit la version moderne de la chanson traditionnelle "The House Of The Rising Sun". Un artiste à découvrir à travers son album majeur "Folksinger", sorti en 1963 et son autobiographie "Manhattan Folk Story" qui vient enfin d'être publiée en France.

High Tech

Application ITranslate

Une application indispensable pour les voyageurs. Vous choisissez parmi les 52 langues proposées celle dans laquelle vous souhaitez traduire une phrase. Vous activer le petit micro qui figure dans l'appli, vous parler et puis c'est tout ! Presque instantanément la pharse que vous avez prononcée s'affiche, traduite, sur l'écran. Cerise sur le gâteau, une voix prononce également la phrase. Désormais, on peut se faire comprendre dans tous les pays.

Une photo, une histoire

Afrique du Sud - Pretoria - 21/01/2014

Une statue de bronze de Nelson Mandela, de 9 mètres de haut, se dresse dans les jardins de la présence Sud Africaine, à Pretoria. En signe de l'affection qu'ils portent à leur ex-président, les Sud Africains viennent nombreux toucher et embrasser les jambes de la statue.

Les News 2014 - Avril
Retour à l'accueil