Disques

Henry BUTLER & Steven BERNSTEIN And The Hot 9 / Viper's Drag

Avant même de l'avoir écouté, ce disque est en soi une excellente nouvelle puisqu'il marque le retour du label "Impulse". Créé en 1960, il doit en grande partie sa notoriété à John Coltrane qui signa pour elle en 1961. De nombreux "grands disques" ont aussi été publiés sur ce label. On peut citer par exemple "Genuis + Soul = Jazz" de Ray Charles, "The Quintessence" de Quincy Jones, "On Impulse" de Sonny Rollins ou "Karma" de Pharoah Sanders. Impulse a produit des disques jusqu'en 1974 puis a connu plusieurs "renaissances" épisodiques. Le voici à nouveau réactivé par Jean-Philippe Allard. Pour le premier enregistrement de ce que l'on espère être une longue série, ce "Viper's Drag" réunit le pianiste aveugle Neo Orleanais, Henry Butler et le trompettiste New Yorkais, Steven Bernstein. Parmi les autres musiciens de ce "Hot 9", on retrouve le guitariste Matt Munisteri, le fidèle sideman de Catherine Russell. Le répertoire comprend trois compositions originales d'Henry Butler mais il nous offre surtout une relecture particulièrement réussie du répertoire de quelques grands de la Nouvelle Orleans (Jelly Roll Morton, Fats Waller, Bessie Smith). Les arrangements de Steven Bernstein, admirablement servis par les musiciens du groupe et la virtuosité d'Henry Butler, permettent d'atteindre un équilibre parfait entre tradition et modernité. C'est particulèrement évident sur "King Porter Stomp" dont la couleur musicale change en permanence, tout au long du morceau.

Alfredo RODRIGUEZ / The Invasion Parade

 

 

Avec ce nouvel album, le pianiste Cubain rend hommage aux musiques de son ile natale. D'ailleurs, le titre de l'album "The Invasion Parade" fait référence à une tradition Cubaine, le défilé dansant annuel qui commémore, à Santiago de Cuba, "l'invasion" qui marqua la fin de la guerre d'indépendance. "J’ai recherché dans la musique cubaine des styles et des rythmes différents. J’ai voulu retrouver les racines de notre musique, si diverse, et y ajouter ma touche personnelle", explique t'il. Le résultat est plus que convaincant, comme sur "Veinte Anos", par exemple.

Zoot SIMS / And The Gershwin Brothers

 

 

A l'occasion des quarante ans du label "Pablo", fondé par le producteur Norman Granz, des enregistrements qui ont marqué l'histoire de cette maison de disques viennent d'être réédités. Parmi ces pépites, j'ai choisi cet album du saxophoniste Zoot Sims, enregistré en 1975. Entouré d'Oscar Peterson (piano), Joe Pass (guitare), George Mraz (basse) et Grady Tate (Batterie), il revisite le songbook de George Gershwin. Le talent du plus swinguant des "Four Brothers" s'exprime à merveille sur ces plages, en particulier dans "S'Wonderful".

Bad News

Horace SILVER (1928 - 2014)

Le pianiste, compositeur et chef d'orchestre Horace Silver est décédé le 18 juin dans une consternante indifférence médiatique. C'est une figure majeure du "Hard Bop" qui s'éteint, un de ces artistes dont on peu légitimement penser que sans lui, l'évolution du Jazz n'aurait pas été tout à fait la même. Après des débuts au sein des Jazz Messengers puis aux côtés de Miles Davis, il enregistre, sous son nom, de nombreux disques pour Blue Note dont les indispensables "Song For My Father" (1964) et "The Cape Verdean Blues" (1965). Horace Silver souhaitait faire évoluer le Bop vers une musique plus funky et plus latine tout en conservant l'apport du Be Bop de Dizzy Gilespie et Charlie Parker. Pari réussi au delà de toute espérance. Horace Silver figurait aux côtés de 56 autres Jazzmen sur la fameuse photo "A Great Day In Harlem", prise en 1958 par Art Kane (voir les News 2011). Avec sa disparition, ils ne sont plus que deux survivants de cette époque, Sonny Rollins et Benny Golson. Horace, si la tyrannie médiatique futile et éphèmère t'a oublié, l'histoire te rendra justice !

Charlie HADEN (1937 - 2014)

Charlie Haden est parti le 11 jullet. La poliomyélite qu'il avait contractée à l'âge de 16 ans a fini par avoir raison de lui. Leonard Feather disait à son porpos : "Charlie Haden est un bassiste participatif plutôt qu'accompagnateur". Cette simple phrase résume bien tout l'art de celui qui a réussi de faire, de la contrebasse, un instrument de premier plan. Il avait travaillé l'instrument, à la fin des années cinquante, avec Red Mitchell et il commença à acquérir une certaine notoriété dès le début des années soixante. Charlie Haden aura accompagné à peu près tout le monde. On retiendra tout particulièrment sa participation au tout premier trio de Keith Jarrett en 1968 et l'expérience du Liberation Music Orchestra, avec Carla Bley. Son dernier enregistrement, au titre prémonitoire "'Last Dance", un duo avec Keith Jarrett, est sorti en juin dernier.

Bobby WOMACK (1944 - 2014)

Décès le 27 juin, à l'âge de 70 ans, du chanteur de Soul et de R & B, Bobby Womack. Véritable légende de la Soul, on lui doit le morceau "It's All Over Now" dont la version des Rolling Stones est devenue un tube planétaire. Pour le découvrir, écoutez "Fly Me To The Moon (1968) et "Accross 110th Street" (1972), deux de ses meilleurs albums.

Johnny WINTER (1944 - 2014)

Le guitariste albinos Johnny Winter est décédé le 16 juillet à Zurich, deux jours après ce qui restera son dernier concert, au Cahors Blues Festival. Si l'on en croit la presse locale, c'est un Johnny Winter au bout du rouleau qui s'est produit sur la scène du Lot, bien loin de l'artiste étincelant qui s'était révélé lors du festival de Woodstock, en 1969. Ensuite, la carrière de l'icone du Blues Texan avait oscillé entre Rock et Blues avec toujours son exceptionnel jeu de guitare. C'est en 1971 qu'est sorti son album emblématique "Live Johnny Winter And", enregistré en public avec, à ses côtés, le fidèle Rick Derringer à la guitare. Quelques perles sur ce disque, "It's My Own Fault" de B. B. King, "Good Morning Little Schoolgirl" de Sonny Bill Williamson, un "Jumpin' Jack Flash" à faire pâlir de jalousie les Stones eux-mêmes et bien sûr, son morceau fétiche, "Mean Town Blues".

Un morceau, une histoire

South Of The Border (Down Mexico Way)

"South Of The Border" est une chanson populaire, composée en 1939 par Jimmy Kennedy et Michael Carr, pour le film éponyme, sorti la même année. L'acteur et chanteur Country Gene Autry joue le premier rôle dans le film et interprète la chanson. On en connait par ailleurs de multiples versions dans différents styles musicaux. Patsy Clyne et Willie Nelson (Country), Sam Cooke (Soul), Benny Goodman, Wes Montgomery, Mel Torme ou Lou Donaldson (Jazz). Ma préférée, celle du grand Franck Sinatra.

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

L'Indie Rock ou Rock indépendant

L'Indie Rock est une classification musicale apparue à la fin des années 70. A l'origine, elle désignait des groupes produits par des petits labels. Aujourd'hui, le terme est plutôt utilisé pour qualifier des artistes attachés à une forme de contre culture qui les distingue du tout venant de la production musicale, même quand ils sont produits par des Major Compagnies. Parmi les artistes remarquables de l'Indie, j'ai choisi de vous présenter Neko Case et Angel Olsen.

Neko CASE - La valeur sûre

Auteur, compositeur, interprète et guitariste, Neko Case est l'une des figures emblématiques de la scène Indie. Elle nous propose un Country Rock très inspiré, servi par de superbes compositions . Parmi ses albums, je vous propose de la découvrir avec ce "Live From Austin Texas", enregistré en 2003. A écouter également, "Blacklisted", sorti en 2002, sur lequel figure une superbe reprise de "Runnin' Out Of Fools" d'Aretha Franklin et son dernier album "The Worse Things get, The Harder I Fight, The Harder I Fight, The More I Love You" (2013). D'ailleurs, Neko Case excelle en matière de reprise. Pour vous en convaincre, écoutez celles de "Don't Forget Me " d'Harry Nilsson, de " Never Turn Your Back On Mother Earth" des Sparks et surtout, de "Buckets Of Rain" de Bob Dylan.

Angel OLSEN - La figure montante

Avec Angel Olsen, on est plutôt dans la catégorie "Indie Folk". Cette ex-serveuse de Chicago a longtemps joué de la musique pour elle-même avant de se lancer dans le grand bain avec ce premier album "Half Way Home" qui est une vraie révélation. Cette artiste, qui revendique l'héritage de Léonard Cohen, est réellement fascinante et ses chansons sombres et poignantes, servies par une voix délicieusement "Old Fashioned", ne peuvent pas nous laisser insensibles. A écouter également, son dernier album "Burn Your Fire For No Witness".

Cinéma

Clint Eastwood / Jersey Boys

Un nouveau film de Clint Eastwood est toujours un événement. Celui-ci ne déroge pas à la règle même si l'accueil de la critique et du public a été un peu mitigé. Ce biopic raconte l'histoire de quatre garçons du New Jersey qui connurent la gloire dans les années soixante sous le nom de"Frankie Valli And The Four Seasons", rivalisant avec les grands groupes de l'époque comme les Beach Boys et les Zombies. Contrairement aux esprits chagrins, je trouve ce film remarquable. Le scénario est très bien construit et les acteurs sont épatants. En outre, il bénéficie d'une image absolument magnifique.

Une photo, une histoire

Islande - 17 avril 2010

Un séjour de quelques jours en Islande qui s'éternise ! La faute à l'éruption du volcan Eyjafjöl. Alors, on va le voir ce fameux volcan dont le panache de fumée bloque le traffic aérien. On est bien loin du "It's Oh So Quiet" de Björk, quoique !

Johnny Winter "Mean Town Blues" - Woodstcok 1969

New York - Harlem - 24 Mai 2009

New York - Harlem - 24 Mai 2009

Retour à l'accueil