Disques

Tchavolo SCHMITT / Mélancolies d'un soir

J'attends toujours avec impatience les enregistrements de Tchavolo Schmitt et celui-ci, le premier en studio depuis 2007, est un cru particulièrement réussi. Il est ici entouré de Samy Daussat à la guitare rythmique, Claudius Dupond à la contrebasse et sur trois titres, de Marie-Christine Brambilla. Cette dernière, chanteuse et comédienne, apporte une touche de grâce et de poésie au trio, notamment sur "Bal, petit bal" qu'elle interprète avec une sorte de nonchalance élégante. Et puis, il y a le jeu magnifique de Tchavolo, reconnaissable entre tous, par son phrasé et sa manière franche et directe d'attaquer les cordes. Il est particulièrement en valeur sur "Tchavolo Blues".

Preservation Hall Jazz Band / That's It

Lorsque l'on va à la Nouvelle Orleans, une soirée au "Preservation Hall" s'impose. Installée dans un bâtiment plutôt décrépit du "French Quarter", cette véritable institution a vu le jour en 1961, afin de perpétuer le style "New Orleans". L'ouragan "Katrina" l'a heureusement épargné en 2005. Tout ce que la ville compte comme musiciens "vieux style" joue ou a joué au sein du "Preservation Hall Jazz Band" et l'orchestre publie régulièrement des enregistrements. Le dernier en date "That's It" a été produit par le joueur de tuba Ben Jaffe qui n'est autre que le fils du fondateur du Preservation Hall, Allan Jaffe. Ben Jaffe signe les onze titres du disque. Il ne se cantonne pas au Dixieland mais nous propose une palette élargie du Jazz du sud. Un disque qui ravira les amateurs de Jazz traditionnel.

"When you go there and you walk through that door and you see all the people there that are waiting for you to perform, it's a good feeling. Because you know that the music is still alive, still a treasure". Mark Braud (Trompettiste du Preservation Hall Jazz Band).

Diana KRALL / Wallflower

"Wallflower", le 9e album de Diana Krall sortira le 13 octobre. C'est un disque de reprises de classiques de la Pop parmi lesquels "Desperado" (The Eagles), "California Dreamin" (The Mamas And The Papas), "Sorry Seems To Be The Hardest World" (Elton John), "Everybody's Talkin" (Harry Nilsson), "Wallflower" (Bob Dylan). L'album comprendra également une reprise d'un morceau plus récent "Don't Dreams It's Over" des Australiens de Crowded House ainsi qu'un inédit de Paul McCartney "If I Take You Home Tonight". La sortie du disque sera suivie d'une tournée, le "Wallflower World Tour" dont seules les dates Américaines sont pour l'instant connues.

The songs Diana performs on this album are the ones she grew up hearing on the radio and listening to on vinyl. What makes this album so special is the way Diana re-imagines each tune and the way she puts her heart and soul into every syllable.

David Foster (producteur du disque)
 

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

Candye KANE, le Blues XXL !

Voici une chanteuse de Blues hors normes ! Son parcours, tout d'abord, puisqu'avant de devenir l'une des meilleures représentantes actuelles du Blues blanc, elle a commencé sa carrière comme actrice de films X dans les années 80. Son gabarit "Fellinien", ensuite, cette plantureuse Californienne revendique haut et fort son statut de BBW (Big Beautiful Woman) et milite au sein de l'association "Size Acceptance". Sa voix et son feeling enfin et surtout, qui la situent au niveau des toutes meilleures. Elle chante le Blues, bien sur, mais ne dédaigne pas également s'aventurer sur les terres du R & B, de la Country, du Funk et du Jazz. Depuis 2008, elle lutte contre un cancer du pancréas qui la contraint à multiplier les tournées afin de faire face aux frais exorbitants du traitement que nécessite son état. Si vous voulez l'aider en lui faisant un don, connectez-vous sur son site :

http://www.candyekane.com/

Pour la découvrir, je vous suggère d'écouter "Sister Vagabond" avec l'excellente guitariste Laura Chavez (2011) ainsi que son dernier album "Coming Out Swingin'" (2013).

"Je fais du blues depuis 1992. C'est toute ma vie et je pense n'être faite que pour le blues, car ma vie a été pleine de turbulences. Avoir des moments difficiles vous permet d'écrire de meilleures chansons. Quand j'ai découvert le blues et l'histoire de l'oppression qui sous-tend cette musique, l'histoire des gens qui ont souffert, ça semblait correspondre à ce que je ressentais".

Candye Kane

Cette petite chronique est l'occasion de saluer amicalement Martine, experte en Blues et fan inconditionnelle de Candye Kane, qui va bientôt prendre de grandes, grandes vacances ! ! !

Vu sur le net

Herman LEONARD (1923 - 2010)

Ella Fitzgerald & Herman Leonard - New York 1949

Sûrement le plus célèbre photographe du Jazz. Tout le monde à vu un jour ou l'autre ses fameux clichés, pris pour la plupart à New York et principalement au Birdland où il passait ses soirées dans les années cinquante. Un très beau site lui est consacré, il vous permettra de redécouvrir toutes ces belles images :

http://hermanleonard.com

Parmi tous ces chefs d'oeuvre esthétiques, j'ai un faible pour ces deux-là :

Dexter Gordon - New York 1948

Chet Baker - New York 1956

Un artiste à découvrir

Richard LINDNER (1901 - 1978)

"Couple"

Richard Lindner est un peintre Américain d'origine Juive Allemande. Dès 1933, il quitte son pays pour fuir le nazisme. Il s'installe alors en France et en 1941, il rejoint les Etats-Unis. A l'origine, illustrateur et caricaturiste, il se tourne vers la peinture, dans un style proche du Pop Art. Il met en scène des personnages urbains aux couleurs très vives. Le thème de la dépendance de l'homme vis à vis de la femme, forte et dominatrice, est très présent dans son oeuvre parfois qualifiée d'obsessionnelle. Il disait pourtant "Je ne crois pas être concerné par l'érotisme. Je suis surtout intéressé par la relation secrète entre l'homme et la femme". Si vous passez par Madrid, ne ratez pas le passionnant musée Thyssen-Bornemisza. Vous pourrez y admirer quelques-unes des plus belles oeuvres de Lindner dont le superbe "Thank You".

"La peinture est une autobiographie inconsciente".

Richard Lindner

"Thank You"

Pour l'anecdote, il faut savoir que Richard Lindner figure parmi les personnages qui sont représentés sur la pochette de l'album "Sgt Pepper Lonely Heart Club Band" des Beatles (au 3e rang, en haut à droite, entre Stan Laurel et Oliver Hardy).

Un morceau, une histoire

Pink Floyd / The Great Gig In The Sky

Enregistré entre mai 1972 et janvier 1973 dans les célèbres studios "Abbey Road", à Londres, "The Dark Side Of The Moon" est le 8e album de Pink Floyd. C'est également le plus abouti et il marque l'apogée du groupe. "Money", est le titre le plus connu de l'album et paradoxalement le plus vendu puisqu'en fait, le texte se moque du consumérisme. "The Great Gig In The Sky" est ma plage préférée en raison de l'apport extraordinaire de la chanteuse Clare Torry. Cette musicienne de studio et choriste, est une habituée des studios Abbey Road et l'ingénieur du son Alan Parsons lui propose de chanter sur ce titre. Elle décline l'invitation car ce soir là, elle a prévu d'aller écouter Chuck Berry à l'Hammersmith Odeon. Finalement, elle revient quelques jours plus tard et le groupe lui laisse toute liberté pour improviser une mélodie sans paroles, accompagnée par le piano de Richard Wright. Le résultat est proprement ébouriffant et ravit le Floyd qui lui règle "généreusement" 30 Livres pour sa prestation ! En 2004, Clare Torry intente un procès au Pink Floyd et à sa maison de disques EMI, revendiquant le fait d'avoir co écrit la chanson. Finalement, un arrangement dont on ignore les conditions est trouvé et son nom figure désormais dans les "credits" du disque.

Voir le lien en bas de page

Clare Torry

Une photo, une histoire

Chicago  - 10 Septembre 2006

Le Blues est né au 19e siècle dans le delta du Mississipi. Pendant la grande dépression des années 20, la misère extrême des ouvriers noirs du Sud les a poussés à l'exode, vers les grandes villes du nord. C'est ainsi que nombre d'entre-eux se sont installés à Chicago et le Blues classique a alors connu une évolution majeure par l'ajout de nouveaux instruments, en particulier la guitare électrique. Parmi les figures marquantes du Blues de Chicago, on peut mentionner Big Bill Broonzy, Buddy Guy, Howlin' Wolf, Luther Allison ou Muddy Waters. Lorsque l'on va à Chicago, le plus difficile n'est pas d'écouter du Blues mais de savoir où l'écouter. Notre choix s'était porté sur le "Blue Chicago On Clark". Ce n'est certes pas le club le plus connu de la ville mais aux dires des spécialistes, c'est l'un des plus authentiques. Sur scène, Shirley "Sweetheart Of The Blues" Johnson. Après une jeunesse marquée par le Gospel et l'influence de Mahalia Jackson et d'Etta James, elle s'est orientée vers le Blues, faisant régulièrement les premières parties d'Aretha Franklin. Elle se produit très souvent au Blue Chicago et ce soir là, elle nous a gratifiés d'une prestation pleine de Soul et de punch (voir l'extrait vidéo au bas de cette page).

Chicago - 10 septembre 2006

Richard Lindner - "The Meeting" - New York - Museum Of Modern Art (MOMA)

Richard Lindner - "The Meeting" - New York - Museum Of Modern Art (MOMA)

Retour à l'accueil