A la Une

Pour fêter ses trois ans d'existence, le Blog s'offre un nouveau Look !

Plus épuré, il bénéficie de fonctionnalités nouvelles qui devraient faciliter la lecture et la navigation.

Le morceau du mois

Chris CONNOR / Spring Is Here

Disques

Jean-Michel PILC / What Is This Thing Called ?

Ce nouvel album solo de Jean-Michel Pilc, son troisième, est un concept tout à fait original puisqu'il s'agit d'improvisations à partir un thème musical unique, le morceau de Cole Porter "What Is This  Thing Called Love ?". La chanson a été composé en 1929 pour la comédie  musicale "Wake Up And Dream". On en connait bien évidemment de nombreuses versions de qualité dont celles-ci :

- Billie Holiday "With Bob Haggart Orchestra" (1945)

- Frank Sinatra "In The Wee Small Hours" (1955)

- Ella Fitzgerald "Sings The Cole Porter Songbbok" (1956)

- Clifford Brown & Max Roach Quintet "At Basin Street" (1956)

- Art Pepper "Modern Art" (1957)

- Bill Evans "Portrait In Jazz" (1959)

- Gerry Mulligan "Meets Ben Webster" (1959)

A l'instar d'un Claude Monet qui peignit de multiples versions de ses "Nymphéas", Jean-Michel Pilc a choisi d'interpréter ses propres lectures du standard, dans 31 couleurs musicales différentes. Ce procédé a été souvent utilisé par les compositeurs classiques comme Beethoven avec les "Variations Diabelli",  mais il est moins courant dans l'univers du Jazz.  Les plages font alterner les longues improvisations et les courtes variations. Les références, citations et clins d'oeil foisonnent (James P. Johnson - Fats Waller - Duke Ellington - John Coltrane - Martial Solal ...). Ces pièces ont été entièrement improvisées pendant leur enregistrement, ce sont des "compositions de l'instant" dit le pianiste. Le résultat, un album absolument fascinant et indispensable qui s'écoute et se réécoute d'une traite pour en pénétrer toute la subtilité.

Dan TEPFER / Goldberg Variations / Variations

 

 

La sortie de "What Is This Thing Called ?" est l'occasion d'évoquer "Goldberg Variations / Variations" (2011), l'album d'un ami de Jean-Michel Pic, le jeune pianiste Dan Tepfer. Là encore, un concept novateur. Dan Tepfer interprète les célèbres Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach en intercalant, entre chaque Variation, ses propres improvisations qui sont en quelques sorte des réponses modernes aux Variations de Bach. C'est absolument magnifique et si quelques esprits chagrins crient au sacrilège, ils ne devraient pas oublier que les musiciens baroques aimaient, eux aussi, improviser la musique.

Hiatus Kaiyote / Tawk Tomahawk

 Ne vous fiez pas au look Punk de la chanteuse et guitariste Nai Palm, leader du groupe Australien Hiatus Kaiyote, leur musique, c'est de la "Future Soul", mâtinée de Jazz et de Hip Hop. Un peu dérangeante, de prime abord, pour des "oreilles conventionnelles", cette musique ne demande qu'à vous séduire.

Académie du Jazz

La traditionnelle cérémonie annuelle de remise des prix de l'Académie du Jazz s'est déroulée le 19 janvier au théâtre du Chatelet. Voici les principaux lauréats :

- Prix Django Reinhardt (artiste de l'année) : l'excellente trompettiste Airelle Besson.

- Grand prix de l'Académie (disque de l'année) : Ambrose Akinmusire pour " The Imagined Savior Is Far Easier To Paint".

- Prix du Jazz classique : Tchavolo Schmitt pour "Mélancolies d'un soir".

- Prix du Jazz vocal : Sinne Eeg pour "Face The Music".

- Prix du disque Français : Stéphane Kerecki pour "Nouvelle vague".

En ce qui concerne Airelle Besson, que j'avais vue en 2004 avec le "Lady Quartet" de Rhoda Scott, j'avoue être passé à côté de "Prelude", son album en duo avec le guitariste Nelson Veras. Erreur réparée et bien m'en a pris car j'ai été véritablement enchanté par l'écoute de ces 11 duos Trompette / Guitare qui font la part belle au meilleur de ce que le Jazz peut proposer, l'improvisation.

Un morceau, une histoire - Charlie PARKER / Ornithology

« Ornithology » a été composé par Charlie Parker et le trompettiste Benny Harris. Le titre fait référence à « Bird », le surnom de Parker. Le premier enregistrement date du 28 mars 1946 par le Septet du saxophoniste.

Si la mélodie est nouvelle, la progression harmonique est celle d’un standard plus ancien « How High The Moon ». Ce procédé appelé « démarquage » (Contrafact en Américain) permet de créer un nouveau morceau, à partir de la grille d’un thème connu. Il était très en vogue chez les musiciens « Be Bop » et Parker l’a aussi utilisé sur d’autres morceaux comme « Ko-Ko », par exemple, qui est construit sur la grille de « Cherokee ».

Le pianiste Lennie Tristano était le grand spécialiste du démarquage. On peut citer « C Minor Complex » sur « Pennies From Heaven », « Continuity » sur « I’ll Remember April » ou « Line Up » sur « All Of Me ».

Les artistes qui jouent « Ornithology » citent souvent « How High The Moon » et inversement. C’est le cas, par exemple, d’Ella Fitzgerald, dans la version qui figure sur l’album « Ella In Berlin ».

Outre l’enregistrement original, quelques bonnes versions à écouter :

- Bud Powell « The Amazing Bud Powell » (1951)

- Gerry Mulligan Quartet « Reunion With Chet Baker » (1957)

- Bill Evans « The Solo Sessions – Volume 2 » (1963)

- Bireli Lagrene « Standards » (1992)

- Karrin Allyson « Azure-Té » (1995)

Un morceau, une histoire

Christoph Willibald GLUCK / Orphée et Eurydice - La Danse des Esprits Bienheureux

Composé en 1762, Orphée et Eurydice est le 30e opéra de Gluck. C'est aussi son plus célèbre. Le compositeur Allemand était l'initiateur d'un courant musical, la réforme, qui visait à introduire le naturel et la vérité dramatique dans l'Opéra. Gluck disait "J'ai cherché à réduire la musique à sa véritable fonction, celle qui consiste à seconder la poésie afin de renforcer l'expression émotionnelle et l'impact des situations dramatiques, sans interrompre l'action et sans l'affaiblir par des ornements superflus". Cet opéra en trois actes reprend le mythe Grec d'Orphée. Il en existe quatre versions. La version originelle de Vienne, celle de Parme, celle de Paris, et enfin, la version arrangée par Berlioz au XIXe siècle. La Danse des Esprits bienheureux se situe à la fin de l'acte II au moment où Orphée rejoint Eurydice dans la vallée des bienheureux. Le morceau empreint de calme et de sérénité est dominé par le chant de la flûte baroque. Il est propice à la rèverie et il invite chacun à donner libre cours à son imagination. A noter qu'il existe également une très belle transcription pour piano solo.

Ce n'est pas du Jazz, mais...

Pour celles et ceux qui voudraient s'initier à ce qu'on qualifiait, à la fin des années 60 et durant les années 70, du terme générique de "Pop Music", J'ai choisi 12 albums indispensables à mes yeux pour constituer un début d'audiothèque avec pour chacun, le titre phare à écouter en priorité et des liens videos pour vous donner envie !

Voici, les six premiers. Vous retrouverez les six autres le mois prochain.

                                                                       

       

- Jefferson Airplane / Surrealistic Pillow (1967) : L'un des groupes les plus représentatifs du rock psychédélique de la côte ouest, dans la mouvance de ce qu'on appelait le "San Francisco Sound". Avec le Grateful Dead, l'Airplane m'a fait découvrir cette musique Californienne.

Titre phare "Somebody To Love"

- The Beatles / White Album (1968) : Sorti un an après"St Pepper's Lonely Hearts Club Band" , le "double Blanc" comme on l'appelle communément regroupe 30 titres d'inspiration et de styles très variés. On est bien loin d'un "album concept" mais dans un formidable foisonnement créatif qui annonce pourtant déjà la séparation du groupe.

Titre phare "Blackbird"

       

- James Taylor / Sweet Baby James (1970) : Auteur, compositeur et interprète majeur du Folk Rock Américain, James Taylor est un artiste incontournable. Je l'ai découvert le 18 novembre 1972 et depuis, ma passion pour sa musique ne m'a jamais quitté.

Titre phare "You've Got A Friend"

- Joni Mitchell / Blue (1971) : Une voix extraordinaire au service d'un musique qui ne l'est pas moins. Un disque qui explore les tourments de l'âme humaine. "Confessional Folk" disent certains.

Titre phare "A Case Of You"

       

- The Doors / L.A. Woman (1971) : Dernier album du groupe avant le décès de Jim Morrison. Un disque sombre et très "Rock". Prémonitoire ?

Titre phare "Riders On The Storm"

- Don McLean / American Pie (1971) : Le morceau qui donne son titre à l'album de ce génial "Songwriter" reste un emblème pour toute une génération. Il fait référence au "jour où la musique est morte" (The Day The Music Died), le 3 février 1959 qui vit périr dans un accident d'avion, Buddy Holly, Big Bopper et Ritchie Valens.

Titre phare "American Pie"

High Tech

Application SMXL

L'application SMXL a été lancée en novembre 2014 par David Darbot, un autodidacte Auvergnat.

S'il vous arrive d'acheter des vêtements sur Internet et qu'une fois essayés, ils ne sont pas à votre taille, il faut alors les retourner, plutôt dissuasif non ! Plus de soucis de ce genre avec SMXL. Il suffit de créer votre profil et celui de votre "Tribu", d'enregister vos mesures (poitrine, taille, hanches) et celles de vos proches et l'application vous donne directement la bonne taille de vêtements à acheter, en fonction de la marque choisie (souvent, d'une marque à l'autre, les vêtements ne taillent pas de la même façon).

L'application enregistre aussi vos styles et couleurs préférés. Elle réduit donc les freins à l'achat sur Internet. C'est en effet plus simple et moins risqué quand on est sûr de commander la bonne taille pour soi-même et son entourage. Pour ces derniers, cela devient facile de faire un cadeau adapté à leurs goûts.

L'application est téléchargeable sur le "Play Store" (Smartphones Androïd). Un développement pour iOS est d'ores et déjà prévu.

Pour en savoir plus, visitez la page : http://smxlapp.com/

Une photo, une histoire

New York - East River - 21 mai 2009 à 06 h 03

Lorsque l'on va à New York, rien n'est plus agréable que de se balader, au petit matin, dans le South Manhattan et d'admirer le lever de soleil sur l'East River. En dépit de son nom, l'East River n'est pas une rivière mais un détroit qui relie l'Upper New York Bay au Long Island Sound. Huit ponts permettent de traverser l'East River. Les trois principaux sont le Brooklyn Bridge (1883), au premier plan, le Manhattan Bridge (1909), au deuxième plan et le Williamsburg Bridge (1903), au troisième plan.

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

eddiemichelbernard@gmail.com

Raoul Dufy - Sailing Boats In Trouville - St Petersbourg - Musée de l'Hemitage - 27 mai 2007

Raoul Dufy - Sailing Boats In Trouville - St Petersbourg - Musée de l'Hemitage - 27 mai 2007

Retour à l'accueil