Le morceau du mois

Nina SIMONE / Memphis In June

Disques

Kenny BARRON Trio / Book of Intuition

 

 

A 72 ans l'immense pianiste Kenny Barron n'a plus rien à prouver mais il a encore énormément à nous apporter.
Ce "Book Of Intuition" nous en donne la preuve éclatante. Dix plages lumineuses où l'on retrouve huit compositions originales et deux reprises de Thelonious Monk "Shuffle Boil" et "Light Blue". Le jeu de Kenny Barron atteint des sommets de justesse et de lyrisme dans lequel toute note superflue est bannie. Il est admirablement soutenu par Kiyoshi Kitagawa (Bass) et Johnathan Blake (Drums). Une certaine forme de perfection et assurément l'un des grands disques de l'année !

Jean-Marc FOLTZ & Stephan OLIVA / Gershwin

Les disques "hommages" peuvent nous réserver le meilleur comme le pire. Mais ici, il s'agit bien du meilleur !
Le clarinettiste Jean-Marc Foltz et le pianiste Stephan Oliva, qui travaillent ensemble depuis plus de 10 ans, ont choisi de célébrer la musique de George Gershwin. Sacha Guitry disait "le silence après Mozart, c'est encore du Mozart". Cette citation convient à merveille pour caractériser ce disque où les silences
 comptent autant que les notes. On est loin des interpétations convenues, les deux artistes s'approprient l'oeuvre de Gershwin comme en témoigne, par exemple, un "Summertime" comme je n'en ai pas entendu depuis bien longtemps ou encore un somptueux "I Can't Get Started" où la dentelle du piano épouse les volutes de la clarinette basse. Piano et Clarinette sont d'ailleurs indissociables dans l'oeuvre de Gershwin et on ne pouvait pas réver de meilleure association pour rendre hommage au compositeur de Brooklyn dont on se souvient en particulier du Concerto pour piano en Fa et de la sidérante intro de clarinette de la "Rhapsody In Blue".
La musique de Gershwin telle qu'elle est lue par Foltz & Oliva est majestueuse et aérienne, presque envoutante !
Un disque à ne surtout pas rater (sortie le 27 mai).

Si on aime les références, on pense à quelques autres duos magiques, Chet Baker & Paul Bley sur l'album "Diane" (1985) mais aussi Alain Jean-Marie & NHOP sur "Latin Alley" (1987).

Ce disque est l'occasion de saluer le label "Vision Fugitive" pour la qualité de sa production. Fondé par Jean-Marc Foltz et le guitariste Philippe Mouratoglou, il nous a notamment offert le magnifique album "Sunday Morning" du pianiste Bill Carrothers (2013).

Autour de Chet

 

 

A de rares exceptions, j'ai pris l'habitude de ne chroniquer sur ce Blog que les disques que j'aime. J'ai donc longuement hésiter à parler du disque "Autour de Chet". Rarement, un disque de Jazz aura bénéficié d'une couverture médiatique aussi importante. La présence de plusieurs artistes de variété n'y est certainement pas étrangère. Le résultat, un disque qui se vendra certainement beaucoup mais à la qualité trop inégale pour me convaincre. Peu de plages à retenir donc, si ce n'est une très belle version de "Nature Boy" par Airelle Besson et José James. A vous de vous faire votre propre opinion.

 

 

En matière d'hommage à Chet Baker, je vous propose infiniment mieux avec l'album d'Enrico Rava et Paolo Fresu "Shades Of Chet" (1999). Le projet d'une série de concerts dédiés à Chet Baker est né en 1998, à l'occasion du dixième anniversaire de sa mort. Il s'est concrétisé l'année suivante pour aboutir enfin à l'enregsitrement de ce superbe album. Deux trompettes à la fois lumineuses et émouvantes.

"Un son pur comme une émanation de son âme, l'intensité, la capacité à sculpter dans l'air de merveilleuses mélodies, de la poésie, une parfaite intuition du temps et avant tout une manière de toujours solliciter les émotions les plus profondes. Toutes ces choses ont été pour moi une source inépuisable d'inspiration. Chet a enrichi et embelli ma vie".

Enrico Rava

Ceci étant, rien de valant l'original, écoutez aussi Chet Baker lui-même !

Bad News

Candye KANE (13/11/1961 - 06/05/2016)

Candye Kane, La Diva du Blues, est décédée le 6 mai des suites d'un cancer du pancréas contre lequel elle luttait depuis 8 ans, elle avait seulement 54 ans. En dépit de la maladie, elle continuait à se produire inlassablement sur scène pour faire face aux frais considérables occasionnés par son traitement. Elle s'était produite pour la dernière fois le 31 décembre, au "Belly Up" de Solana en Californie, avant d'être hospitalisée. C'est une fin bien triste pour cette artiste au parcours exceptionnel.

Je vous renvoie vers la Newsletter de septembre 2014 dans laquelle j'évoquais cette personnalité hors du commun.

http://jazznicknames.over-blog.com/2014/08/les-news-septembre-2014.html

 

Festival

 

 

Si vous voulez passez quelques jours en Charente, à écouter du Jazz (et du bon !), je vous suggère de ne pas rater le "Respire Jazz Festival", les 1er, 2 et 3 juillet dans le cadre somptueux de l'ancienne abbaye d'Aignes et Puypéroux, à une vingtaine de Km au sud d'Angoulème. Cette année encore, des artistes de grande qualité seront présents. Retrouvez la programmation complète sur le site du festival.

http://www.respirejazzfestival.com/#!programmation/xr4aq

Un morceau, une histoire

Albany BIGARD, Duke ELLINGTON & Irving MILLS / Mood Indigo

 

"Mood Indigo" est une balade officiellement signée par Albany "Barney" Bigard & Duke Ellington (music) et Irving Mills (lyrics). Elle a été jouée pour la première fois en 1930, au New York "Cotton Club". La genèse de ce morceau est controversée et il semblerait que l'histoire soit la suivante. En 1927, le jeune clarinettiste Barney Bigard rejoint l'orchestre du Duke dans lequel il remplace Sydney Bechet. Originaire de la Nouvelle Orléans comme son prédécesseur, il a appris l'instrument aux côtés d'un professeur renommé, Lorenzo Tio Jr. En 1930, Bigard propose à Duke Ellington "Dreamy Blues" (titre original de "Mood Indigo") qu'il prétend avoir composé. En réalité, le morceau serait l'oeuvre de Lorenzo Tio. Dans son autobiographie, Barney Bigard reconnaitra plus tard avoir "emprunté" le thème à Tio mais il ne s'agissait selon lui que d'une ébauche qu'il a enrichie et terminée. Quoi qu'il en soit, "Mood Indigo" reste une des plus belles pièces du répertoire du Duke.

Quelques autres versions à écouter :

- Thelonious Monk "Plays Duke Ellington" (1955)

- Frank Sinatra "In The Wee Small Hours" (1955)

- Ella Fitzgerald "Sing The Duke Ellington Songbook" (1957)

Un artiste à découvrir ou à redécouvrir

Gustave CAILLEBOTTE (1848- 1894)

De toute évidence, Gustave Caillebotte n'est pas le peintre impressionniste le plus connu. Pourtant, son influence sur la peinture moderne aura été déterminante. Ce n'est pas tant sa technique que le choix de ses sujets qui en font un artiste unique. En effet, ce chantre du nouveau Paris Haussmannien trouvait son inspiration dans les scènes du quotidien urbain. Issu d'une famille très aisée, il aidera toute sa vie ses amis impressionnistes en achetant leurs oeuvres à des prix très élevés et en finançant leurs expositions.

Trois tableaux illustrent magnifiquement son art.


Les raboteurs de parquet (1875) - Huile 192 X 146
Musée d'Orsay - Paris

Refusé par le jury du "Salon Officiel" qui trouvait le sujet trop quotidien, ce tableau obtint un grand succès lors de la 2e exposition impressionniste en 1876, permettant ainsi à Gustave Caillebotte de rejoindre le groupe des "Refusés". Souvent comparé aux blanchisseuses et aux repasseuses de Degas, il illustre bien le conseil que donnait le peintre Léon Bonnat à son disciple Gustave Caillebotte "Faites du vrai, plutôt que du beau".

 


Le pont de l'Europe (1876) - Huile 125 X 181
Musée du Petit Palais - Genève

Cette toile a été présentée, en 1877, lors du 3e salon impressionniste. Sa structure asymétrique lui donne un caractère très particulier. Elle sert à signifier les différences sociales. Les bourgeois, à gauche, qui se promènent en devisant; l'ouvrier pensif à droite, appuyé sur le parapet, dont on devine qu'il observe les trains dans la toute nouvelle gare St Lazare.

 


Rue de Paris par temps de pluie (1877) - Huile 212,2 X 276
Art Institute Of Chicago

Egalement présentée lors du salon de 1877, cette toile est ma préférée de l'artiste. On y voit les bourgeois du 8e arrondissement déambuler sous la pluie du tout nouveau Paris Haussmannien, avec là encore, une composition asymétrique qui donne une perspective étonnante à cette oeuvre.


Renoir - Le Déjeuner des Canotiers (1880) - Huile 130 X 173
Gustave Caillebotte est représenté assis, en bas à droite

Le critique d'Art Anglais Waldemar Januszczak, auteur d'une exceptionnelle série documentaire en quatre parties sur l'Impressionnisme, produite par la BBC, a dit à propos de Gustave Caillebotte "C'était le plus fervent observateur de la race humaine et sa timide notoriété n'est pas à la hauteur de son talent. Caillebotte était si riche et il prenait tellement soin de lui qu'il se faisait transporter, de lieu en lieu, dans un carrosse spécialement aménagé pour lui. Une sorte d'atelier ambulant qu'il remplissait de toiles et de valets. Caillebotte aimait par dessus tout les angles de vue inhabituels et les perspectives spectaculaires. Il peignit ainsi quelques unes des vues les plus inventives de la nouvelle ville. Ses tableaux réveillent les yeux et les font s'équarquiller".
Dans la video de présentation ci-dessous, il a demandé au groupe "Hold Your Horses" (voir la Newsletter d'avril 2016) de mettre en scène, à sa manière, quelques toiles impressionnistes.

Une photo, une histoire

Paris 8e - Place de Dublin - 5 avril 2016

139 ans plus tard, me voici place de Dublin, à l'endroit où Gustave Caillebotte a peint le tableau "Rue de Paris par temps de pluie" (voir ci-dessus). En face de la place, la rue de Moscou (à gauche), la rue Clapeyron (au centre) et la rue de Turin (à droite). A quelques pâtés de maisons de là, se trouve le pont de l'Europe.

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Jazznicknames est désormais sur Twitter

@jazznicknames

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

eddiemichelbernard@gmail.com

New York - Tussauds Wax Museum - 15 novembre 2004

New York - Tussauds Wax Museum - 15 novembre 2004

Retour à l'accueil