Le morceau du mois

Mel TORMÉ / One Morning In May

Disques

Rhoda SCOTT Lady Quartet / We Free Queens

Le "Lady Quartet" de Rhoda "Barefoot Lady" Scott est né, presque par hasard en 2004, lors du festival "Jazz à Vienne". L'organiste avait été sollicitée pour remplacer au pied levé Abbey Lincoln souffrante, pour la "Ladies Night" du festival. L'agent de Rhoda lui proposa alors d'être accompagnée par trois jeunes musiciennes, Julie Saury (Drums), Sophie Alour (Saxophone Ténor) et Lisa Cat-Berro (Saxophone Alto). J'ai eu la chance d'assister à ce concert et si le souvenir précis s'est un peu estompé, je garde quand même en mémoire l'excellente soirée que j'avais passée à écouter ce groupe dont j'ignorais alors qu'il avait encore une existence virtuelle. Depuis, il s'est régulièrement produit, en particulier au Sunset et c'est d'ailleurs le club Parisien qui produit ce "We Free Queens" (allusion au "We Free Kings" de Roland Kirk dont je vous parlerai le mois prochain). Les quatre musiciennes se sont adjointes trois invité(e)s de marque, Géraldine Laurent (Saxophone), Anne Paceo (Drums) et Julien Alour (Trompette). Leur musique, très Hard Bop, est tout à fait exceptionnelle et la qualité des morceaux, compositions originales et reprises, n'a d'égale que celle de ses magnifiques interprètes. Je ne saurais trop vous recommander ce disque !

Vous pourrez retrouver le Lady Quartet le 8 août, dans le cadre du festival de Marciac.

       

Disques

ROSENBERG Trio / Django (Bande Originale)

Encore un biopic sur un musicien de Jazz. Cette fois-ci, il s'agit de Django Reinhardt. Le film, qui est sorti le 26 avril, s'attarde sur la période la guerre qui vit le célèbre guitariste contraint de s'exiler en Suisse. Reda Kateb interprète le rôle titre et Cécile de France celui de Louise De Klerk qui l'aide dans son entreprise. Je n'ai vu que des extraits du film qui me semble intéressant bien qu'académique, en revanche, j'ai écouté dans son intégralité et avec beaucoup de plaisir la bande originale. Sans surprise, elle a été confiée au Trio de Stochelo Rosenberg qui est l'un des plus fidèles et talentueux disciple du maître. Ses versions de standards, joués et rejoués maintes fois, sont à la fois innovantes et "dans l'esprit" Django.

http://www.therosenbergtrio.info/

Un disque à découvrir ou à redécouvrir

Eddie HARRIS / The Electrifying Eddie Harris

Multi-instrumentiste, Eddie Harris est surtout connu comme saxophoniste tenor. Il fut d'ailleurs l'un des premiers à jouer sur un sax amplifié électriquement. Son style se caractérise par un Bop mâtiné de Funk et de couleurs latines (son père était originaire de Cuba). Il tient principalement sa notoriété de l'une de ses compositions "Freedom Jazz Dance", popularisée par Miles Davis sur l'album "Miles Smiles" (1967). Tout au long de sa carrière, il aura enregistré pas moins d'une soixantaine d'albums dont ce "Electrifying Eddie Harris" paru en 1968. Il utilise ce fameux Varitone sax mis au point par la société Selmer. Mon morceau préféré, "Listen Here", une longue suite un peu lancinante qui n'est pas sans rappeler certains morceaux de Sonny Rollins.

Un morceau, une histoire

BELLE - LEONARD - RHODES - PRIMA / A Sunday Kind Of Love

Encore une de ces compositions qui permettent aux vocalistes d'exprimer tout leur Feeling. Le premier enregistrement a été réalisé par Claude Thornhill And His Orchestra, le 11 novembre 1946 et la chanson est devenue la signature musicale de la chanteuse de l'orchestre, Fran Warren mais aujourd'hui, cette interprétation paraît bien surannée. En revanche, en voici quelques autres, excellentes, en particulier l'inoubliable version d'Etta James.

Ella Fitzgerald "An The Andy Love Quintet" (1947)

Dinah Washington "What A Diff'rence A Day Makes" (1959)     Etta James "At Last" (1961)

       

La chronique de Philippe VINCENT

So Long Gérard !

On ne croisera plus dans les concerts sa silhouette filiforme surmontée d’un chapeau andalou qu’il ne quittait jamais. Gérard Terronès, l’un des plus grands producteurs de jazz indépendants, nous a quittés le 17 mars des suites d’un cancer contre lequel il luttait depuis des années. Il avait 77 ans.

Né le 9 juin 1940 à Rabat, il débarqua en France à l’âge de seize ans suite à l’indépendance du Maroc, ses parents rapatriés s’installant à Melun où son père fonctionnaire fut nommé. Très vite, son petit salaire d’employé de banque à la Société Générale lui permit d’acheter une voiture pour rejoindre Paris tous les weekends où il passait son temps à Saint-Germain-des-Prés. Lui qui avait découvert le jazz avec Sidney Bechet à Agadir quand il avait une douzaine d’années s’initia alors au bebop, courant du Blue Note au Club St Germain ou du Caveau de La Huchette au Tabou. Comme beaucoup de  jeunes gens de l’époque, sa vie fut bouleversée par 28 mois de service militaire passés en Algérie d’où il rentra en 1962 la révolte chevillée au corps. Il ne tarda pas à larguer la Société Générale et, après avoir vendu des chewing-gums et des machines à écrire, il créa son premier club à 25 ans avec sa femme Odile qui allait être de toutes ses aventures pendant plus de cinquante ans. De ce « Blues, Jazz Museum » qui était installé dans l’Ile Saint-Louis, Terronès se rappelait que Mal Waldron (qu’il enregistra quelque temps plus tard) fut le premier musicien américain qui franchit le seuil de l’établissement. Un honneur pour le jeune maître des lieux qui était fan d’Eric Dolphy (dont Waldron fut l’un des pianistes) au point de donner à son fils le prénom du saxophoniste.

Le « la » était donné pour une vie orchestrée autour du jazz. Des clubs, Gérard en monta plusieurs, dont le Gill’s Club et le Jazz Unité, sorte de grand et superbe vaisseau installé à La Défense et mis à flots à grands frais par le promoteur de ce nouveau quartier d’affaires : superbe salle de spectacles, studio d’enregistrement, restaurant, bar américain, boutique de disques … le plus grand club du monde ! Mais Gérard fut aussi disquaire (Jazz & Pop Center qui devint ensuite Dolo Music), organisateur de concerts et de festival (dont celui de Massy en 1975 qui fut le premier en France à revendiquer son indépendance), agent de musiciens pour l’Europe (Archie Shepp, Max Roach, Elvin Jones, Cecil Taylor, Sam Rivers … ne faisant pas rimer agent avec argent) et producteur phonographique sur ses labels Futura (qu’il créa en 1969) et Marge qui totalisent aujourd’hui pas loin de 200 références. Le listing de ces catalogues (Hal Singer, Dexter Gordon, Ben Webster, George Arvanitas, …) permet d’ailleurs de corriger une image 100% free dans laquelle l’avaient confiné quelques tenants d’une modernité sans origines, alors que Gérard revendiquait son itinéraire né dans la tradition et qu’il aimait avant tout la musique populaire, son autre fascination étant pour le flamenco, rejoignant, par là, l’ascendance andalouse de son père.

Au-delà de toute une carrière qui fera date dans l’histoire du jazz, Gérard Terronès restera aussi comme un symbole de l’indépendance dans un milieu qui fut gangréné par une industrie phonographique française qui se vendit très tôt aux majors américaines. Il enregistra les musiciens français à une époque où personne ne leur proposait la moindre séance et remit en selle certains américains guère mieux lotis, le tout avec une obstination et une foi inébranlable. Son esprit de résistance avait trouvé son toit à la Fédération Anarchiste dont il était membre depuis 35 ans, ce qui lui avait ouvert les portes de Radio Libertaire où il anima une émission hebdomadaire de jazz (et de flamenco) pendant trois décennies. Gérard faisait partie de ces gens qui ne connaissent pas la peur et qui ont l’énergie de déplacer des montagnes. Mais le 17 mars dernier, la grande faucheuse ne lui a pas laissé le choix de se battre une dernière fois.

Philippe VINCENT

 

Directeur de la Société OMD (1983-1996) spécialisée  dans la  distribution de  labels de jazz (Enja, Timeless,  Muse,  Sunnyside, GRP,  etc), créateur du label IDA  Records (1984-  1998) qui enregistra  Barney Wilen, Louis  Sclavis, Laurent de  Wilde, Enrico Pieranunzi et  bien  d'autres, Philippe Vincent est  membre de  l'Académie du  Jazz  et collaborateur régulier de Jazz  Magazine/Jazzman  depuis  2008. 

Vu sur le Net

Kim HOORWEG & Robin NOLAN Trio / Mood Indigo

Kim Hoorweg est une jeune chanteuse de Jazz, originaire d'Utrecht aux Pays-Bas. En 2007, âgée seulement de 14 ans, elle a publié son premier album "Kim Is Back". Depuis, elle a collaboré avec la chanteuse Shirma Rouse, le sextet "The Houdinis", et avec le "Robin Nolan Trio" pour son dernier album "Boulevard Of Broken Dreams", sorti en 2015.

Peu connu en France, le guitariste Anglais Robin Nolan est pourtant l'un des meilleurs représentants actuels du style Manouche et son association avec la chanteuse Néerlandaise donne un résultat fort plaisant.

Ce n'est pas du Jazz, mais

Un disque à découvrir ou à redécouvrir

Paul SIMON / Still Crazy After All These Years

En parallèle avec sa collaboration avec Art Garfunkel, Paul Simon mène une carrière solo très riche. En 1975, il enregistre son 4e album "Still Crazy After All These Years". Le disque est un vrai succès, tant auprès du public que de la critique et l'année suivante, il obtient deux "Grammy Awards" (album de l'année et meilleure performance vocale).
Pour obtenir ce résultat, il s'est entouré d'une pléiaide d'artistes de grande qualité (
Patti Austin (Vocals), Mickael Brecker (Saxophone), David Sanborn (Saxophone), Sivuca (Accordion), Steve Gadd (Drums), Tony Levin (Bass), Phoebe Snow (Vocals), Toots Thielemans Harmonica) , Phill Woods (Saxophone) etc, etc. Deux des chansons de l'album, celle qui lui donne son titre et "50 Ways To Leave Your Lover" sont devenus des classiques. Parmi les autres titres, une mention particulière pour "Gone At Last", un Gospel avec Phoebe Snow et The Jessy Dixon Singers en invités.

       

On en parle

Youn Sun Nah & Fleet Foxes - Le feuilleton continue !

 

L'album des Fleet Foxes, qui sortira le 16 juin, devrait finalement s'appeler "Crack-Up". La pochette représente "le misanthrope", une peinture de Pieter Bruegel l'ancien, datée de 1568.

Ci-dessous, le "Trailer" de l'album ainsi qu'un premier extrait, le morceau "Third Of May / Odaigahara", une suite musicale de 9 mn où l'on retrouve intacte, la magie des harmonies vocales des Fleet Foxes.

Par ailleurs, le groupe se lance dans une tournée mondiale de grande envergure puisque 57 dates sont d'ores et déjà programmées, de Missoula (Montana) le 15 mai à Oslo (Norvège) le 5 décembre, en passant notamment par Paris au Trianon, le 20 novembre.

http://fleetfoxes.co/tour

 

                    

Quant à Youn Sun Nah, elle se produira dans les principaux festivals de l'hexagone cet été (Coutances, Vienne, Arles, Sète, Nice, Marciac). Elle a aussi dévoilé un premier extrait de l'album "She Moves On", enregistré dans les studios "Sear Sound" à New York (sortie le 19 mai).

http://www.jazzradio.fr/news/radio/33386/youn-sun-nah-she-moves-on

Festivals

Les principaux festivals d'été ont dévoilé leur programmation.

A Vienne (29 juin au 13 juillet), on retrouvera entre autres, Ahmad Jamal, Christian Scott, Pharoah Sanders, Yaron Herman, Laurent Courthaliac, Stacey Kent, Youn Sun Nah et Herbie Hancock ...

http://jazzavienne.com/

A Marciac (28 juillet au 15 août), Eric Legnini, Eric Bibb & Jean-Jacques Milteau, George Benson, Chucho Valdes, Roy Hargrove, Baptiste Trotignon, Gregory Porter, Rhoda Scott Lady Quartet et Paul Lay ...

http://www.jazzinmarciac.com/pleins-feux/jazz-marciac-2017

A Juan les Pins (14 au 23 juillet), Taj Mahal, Wayne Shorter, Branford Marsalis Feat. Kurt Elling, Hiromi, Archie Shepp, Jamie Cullum ...      http://www.jazzajuan.com/

Une photo, une histoire

Faveyrolles - 02 novembre 2012

Un arbre mort, un jour d'orage et l'oeil de Sophie qui immortalise cet instant. Et puis, il y a la magie des outils qui permettent de magnifier encore le cliché.

Une photo, une histoire sur Adobe Spark

Chaque mois où presque, je publie une photo sur ce Blog, dans la rubrique "Une photo, une histoire". J'en ai rassemblé quelques-unes (et d'autres) sur "Adobe Spark". Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez Jazznicknames sur Twitter

@jazznicknames

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Itzchak Tarkay - Happy Recollection - Sérigraphie 58 X 42 - Collection Privée

Retour à l'accueil