La version en Anglais de la Newsletter, traduite par Sonia B.,
est disponible à l'adresse suivante :

http://jazznicknames.over-blog.com/2018/02/the-news-2018-may.html

The Newsletter is now available in English. Click on the link above

Le morceau du mois

Chet BAKER / That Old Feeling

A la une

Chet BAKER - 30 ans déjà

La Plaque commémorative sur la façade de l'hôtel Prinz Hendrik

Il y a trente ans, le 13 mai 1988, disparaissait prématurément le trompettiste et chanteur Chet Baker, victime d'une chute de la fenêtre de sa chambre, au 2e étage de l'hôtel Prins Hendrik, à Amsterdam. Accident, suicide, exécution par des dealers, on ne saura jamais ce qui s'est exactement passé.
Il était trois heures du matin cette nuit-là, Chet Baker gisait sur le trottoir, sa trompette déformée par la chute, serrée contre lui.
C'était l'épilogue d'une longue descente aux enfers pour le Playboy de la West Coast, artiste magnifique, peu à peu détruit par l’héroïne et la cocaïne. Plutôt que de vous proposer une classique biographie que vous trouverez par ailleurs très facilement sur le Net, j'ai préféré demander à
Philippe Vincent de nous confier quelques souvenirs "Autour de Chet".

Le Fantôme de Chet - Philippe VINCENT

Chet Baker restera pour moi une sorte de fantôme. Quelques mois avant sa disparition je voulais le rencontrer car je distribuais alors en France plusieurs de ses disques superbes enregistrés pour différents labels européens (Timeless, Enja, Criss Cross) et j’avais moi aussi l’idée de produire un album de lui pour Ida Records, l’aventure de La Note Bleue avec Barney Wilen ayant aiguisé mon appétit quant aux monstres sacrés du jazz. J’allais donc le voir jouer un soir au Petit Opportun, le club le plus authentique de la capitale dans les années 80. Sachant qu’il y aurait foule pour être assis à moins d’un mètre de lui, j’optais pour le troisième set (vers 1 heure du matin) et me retrouvais dans la deuxième petite salle de cet endroit qui ne devait guère contenir au total plus de soixante personnes en comptant les marches de l’escalier. Je ne fis que l’apercevoir à travers la lucarne qui donnait sur la pièce principale où était installé l’orchestre, mais j’entendais sa trompette magique et sa voix venue du ciel. J’avais prévu d’aller le voir au bar à la fin du set mais, le moment venu, je ne savais plus quoi lui dire. Faire un disque avec qui, sur quel thème, dans quelles conditions, le peu que j’avais échafaudé dans ma tête de jeune producteur s’était volatilisé sous le coup de l’émotion. Il fallait que je prépare mieux ma copie pour plus tard, mais le « plus tard » ne vint jamais.

 

Après sa soudaine disparition, il ne me restait plus qu’à le rencontrer par procuration, et j’en eu l’opportunité grâce à Riccardo Del Fra qui fut son contrebassiste pendant des années. Riccardo me proposa alors de lui rendre hommage en enregistrant une série de duos avec des musiciens qui avaient été les compagnons de route de Chet, et cette belle idée donna le superbe album A Sip Of Your Touch, anagramme d’un disque fameux, The Touch of Your Lips, que le trompettiste avait fait pour le label Steeplechase une dizaine d’années auparavant avec Doug Raney (fils de Jimmy et guitariste lui aussi) et le fantastique bassiste Niels-Henning Orsted Pedersen. Depuis la fin des années 70, Chet affectionnait particulièrement les trios sans batterie, ce qui convenait parfaitement à sa voix fragile et à sa musique pleine de grâce. Les duos imaginés par Riccardo, marqués d’une délicatesse qui confinait parfois au recueillement, étaient dans le même esprit et, dans le studio, les musiciens qui totalisaient à eux tous des centaines de concerts avec ce doux géant du jazz semblaient sortir la musique directement du fond de leur cœur brisé. Il y avait là Art Farmer (bugle), Rachel Gould (voix), Michel Graillier et Enrico Pieranunzi (piano) et aussi Dave Liebman (sax), le seul qui n’avait pas été compagnon de scène de Chet (il dut prendre la place de Lee Konitz au dernier moment) mais qui se coula dans le mood avec une émotion peu commune. Le disque, acclamé par la critique, fut couronné par un Grand Prix de la Fnac remis en grande pompe à Riccardo Del Fra dans une soirée mémorable à La Cigale.

Cet enregistrement fut l’occasion pour moi de rencontrer le merveilleux pianiste italien Enrico Pieranunzi devenu aujourd’hui l’un des must du piano dans le monde du jazz. Je connaissais déjà certains de ses disques et ce fut le début d’une collaboration de plusieurs années où j’eus le privilège de l’enregistrer en solo, en duo avec Marc Johnson, puis en trio avec Marc et Paul Motian. Devenus proches, il me proposa un jour de rééditer Soft Journey en CD, album qu’il avait enregistré en Italie avec Chet à la fin des années 70. Faute d’avoir pu produire à temps un album original de "Mr B", j’allais au moins faire connaitre aux amateurs cette petite perle passée presqu’inaperçue à l’époque à cause d’une distribution erratique. Dans les documents que me confia Enrico pour les illustrations du livret, je choisis de reproduire en double page un autographe de Chet d’une quinzaine de lignes où il commençait par s’étonner qu’on lui ait demandé, pour la première fois de sa carrière, d’écrire ce qui pourrait être un jour un texte de pochette. Sur un papier à entête de l’Hotel Anglo Americano de Rome où il résidait alors, on découvre avec surprise sa belle écriture aussi soignée que régulière, comme s’il avait préservé cette part de son intimité des fureurs de son existence.  Mais le plus étonnant est un autre autographe de remerciements à Enrico illustré par deux portées musicales sur lesquelles les quelques notes alignées dans l’instant ne constituent même pas un morceau, fut-il surréaliste. Son titre, écrit en capitales : SILENCE.

Le silence était l’une des notes préférées de Chet Baker, donnant à sa musique un caractère délicat et céleste qui était l’antithèse d’une vie faite de chaos, de violence et d’errance. Adoubé par Charlie Parker, Miles Davis et tous les autres alors qu’il avait à peine plus de vingt ans, il devint vite une gloire au milieu des années 50. Peut-être trop vite. Dix ans plus tard, il se faisait défoncer la mâchoire par des dealers et ce fut le début d’une traversée du désert longue de plusieurs années. Il réapparut dans les années 70 mais le beau visage d’ange à la James Dean commençait à être ravagé par une marche forcée vers un destin tragique. Amateur de voitures et amoureux de leur conduite, il passa les dernières années de sa vie à sillonner l’Europe sans maison ni compte en banque, ne vivant que par et pour la musique et dormant parfois quinze ou vingt heures d’affilée pour rattraper les nuits blanches. Alors que la fragilité de sa voix et la pureté de sa musique lui avaient fait retrouver de ce côté de l’Atlantique une reconnaissance à la mesure de son talent, le speedball (mélange d’héroïne et de cocaïne) ne lui laissa aucun répit pour le précipiter dans le dernier silence, celui qui ne joue plus avec les notes.

Philippe VINCENT

 Directeur de la Société OMD (1983-1996) spécialisée  dans la  distribution de  labels de jazz (Enja, Timeless,  Muse,  Sunnyside, GRP,  etc), créateur du label IDA  Records (1984 - 1998) qui enregistra  Barney Wilen, Louis  Sclavis,  Laurent de  Wilde, Enrico Pieranunzi et  bien  d'autres, Philippe Vincent est membre de  l'Académie du  Jazz  et collaborateur régulier de Jazz Magazine/Jazzman  depuis  2008.

 

Cet hommage à Chet est l'occasion de vous recommander les superbes rééditions réalisées par le label "Jazz Images Records". Il propose, sous format LP ou CD, plusieurs dizaines d'enregistrements qui ont marqué l'histoire du Jazz, "habillés" avec les clichés des légendaires photographes William Claxton et Jean-Pierre Leloir. Vous y retrouverez Chet, bien sûr mais aussi Sarah Vaughan, Miles Davis, Helen Merrill, Sonny Rollins, Ella Fitzgerald, Bill Evans, Stan Getz et bien d'autres.

"Jazz Images" édite également deux magnifiques albums photos consacrés à William Claxton et Jean-Pierre Leloir.

https://jazzimagesrecords.com/index.php/lps/

 

 

Un morceau, une histoire,

Richard RODGERS & Lorenz HART / My Funny Valentine

"My Funny Valentine" est l'une des chansons composée par le fameux tandem Rodgers & Hart pour la comédie musicale "Babes In Arms" (Place au rythme), créée en 1937 au Shubert Theatre de Broadway. Dans le spectacle, où elle est chantée par Mitzy Green, la chanson passe plutôt inaperçue, au contraire de "The Lady Is A Tramp" qui est immédiatement un grand succès. En 1939, la comédie musicale est adaptée au cinéma par Busby Berkeley avec Judy Garland et Mickey Rooney dans les premiers rôles.
Il faut cependant attendre 1953 et la version de Frank Sinatra sur l'album "Songs For Young Lovers" pour que "My Funny Valentine" devienne un standard dont on recense à ce jour plusieurs centaines de versions.

Parmi les plus belles, celles de Sinatra donc, mais aussi de Miles Davis, album "Cookin' With The Miles Davis Quintet" (1956), de Carmen McRae, album "After Glow" (1957) et de Bill Evans & Jim Hall, album "Undercurrent" (1962).

       

       

Pourtant, l'interprétation devenue emblématique reste celle de Chet Baker sur l'album "Sings" (1956).
Chet l'avait enregistré une première fois en 1953 avec le Quartet de Gerry Mulligan mais c'est bien la version de 1956 qui nous restera à jamais dans l’oreille.

"Je sentais chez lui une profondeur qui me bouleversait, j'ai aussi appris avec lui le contrôle de soi-même : c’est-à-dire essayer de faire l'essentiel. La perfection, on le sait, n'existe pas. Mais lui, quand il joue, il en est très proche. Et quand on joue avec lui, il faut vraiment servir la musique et se libérer de son ego. Disons que sa virtuosité est plus magique que technique". Riccardo Del Fra à propos de Chet Baker

Disques

Olegario DIAZ / I Remember Chet

Le pianiste et compositeur Vénézuélien Olegario Diaz nous propose ce disque hommage à Chet Baker (il y en aura certainement d'autres cette année !).

Né à Caracas, Olegario Diaz est parti aux Etats-Unis à l'âge de 17 ans pour étudier dans le prestigieux "Berklee College Of Music" de Boston puis à la "Manhattan School Of Music". Nanti de ce solide bagage, il est rentré au pays où il est devenu la référence du Jazz local.
On peut l'écouter régulièrement au "Juan Sebastian Bar" !, l'antre des amateurs de Jazz de Caracas depuis plus de trente ans.
Il est également l'auteur de nombreuses méthodes et ouvrages sur le Jazz.
Pour cet album, son 5e, il s'est entouré du trompettiste Russe Alex Sipiagin, du saxophoniste Canadien Seamus Blake et des Américains Scott Colley à la basse et Bill Stewart à la batterie.

Leur musique : un Post Bop plutôt inspiré comme en témoignent les deux extraits ci-dessous.

 

       

D'autres artistes ont également rendu hommage à Chet Baker dans le passé. Je vous propose deux disques tout à fait exceptionnels.
"Shades Of Chet", enregistré en 1999 par le Quintet composé d'Enrico Rava (Trompette et Bugle), Paolo Fresu (Trompette et Bugle), Stefano Bollani (Piano), Enzo Pietropaoli (Contresasse) et Roberto Gato (Batterie).
"I Thought About You", enregistré en 2013 par la pianiste et chanteuse Brésilienne Eliane Elias avec notamment Randy Brecker (Trompette et Bugle) et Marc Johnson (Contrebasse).

       

"Un son pur comme une émanation de son âme, l'intensité, la capacité à sculpter dans l'air de merveilleuses mélodies, de la poésie, une parfaite intuition du temps et avant tout une manière de toujours solliciter les émotions les plus profondes. Toutes ces choses ont été pour moi une source inépuisable d'inspiration. Chet a enrichi et embelli ma vie".
Enrico Rava à propos de Chet Baker

Concert

Youn Sun Nah / Cébazat - Le Sémaphore - 23 mars 2018

Après trois albums ("Voyage", "Same Girl" & "Lento") et de multiples tournées avec son fidèle accompagnateur, le guitariste Suédois Ulf Wakenius, Youn Sun Nah a ressenti le besoin de donner un nouveau souffle à sa carrière.
Après un break de 2 ans, elle est revenue sur le devant de la scène avec un superbe nouvel album, "She Moves On".

(Voir les News de Juin 2017). 

http://jazznicknames.over-blog.com/2017/05/les-news-2017-juin.html

Nouveau groupe, nouveau répertoire mais toujours cette voix extraordinaire et cette sensibilité unique.
Elle était donc le 23 mars dernier sur la scène du "Sémaphore" de Cébazat, une salle de la banlieue de Clermont Ferrand qui propose depuis 20 ans une programmation de grande qualité (Stacey Kent, Kurt Elling, Ibrahim Maalouf, André Ceccarelli, Eric Truffaz, Sarah McKenzie ... et déjà Youn Sun Nah en 2014, pour ce qui concerne le Jazz).
Comme toujours avec elle, la magie opère dès les premières mesures du premier morceau. Elle installe d'emblée un climat qui subjugue littéralement les spectateurs, également conquis par sa gentillesse et sa simplicité.
Son répertoire, choisi avec soin, est plus éclectique que jamais. Elle s'approprie et transcende chaque morceau, parfaitement soutenue par les quatre musiciens qui l'accompagnent et dont il faut souligner la cohésion et la grande qualité. Bref, une grande soirée ! Merci enfin à Axel Matignon qui m'a permis de prendre ces photos pendant le concert.

              Les musiciens

Youn Sun Nah (Vocals, Kalimba), Frank Woeste (Keyboards), Tomek Miernowski (Guitars), Brad Christopher Jones (Acoustic Bass) & Dan Rieser (Drums).

              Parmi les titres interprétés

Teach The Gifted Children (Lou Reed), Drifting (Jimi Hendrix), She Moves On (Paul Simon), A Sailor's Life (Traditional / Arr. Fairport Convention), Momento Magico (Ulf Wakenius), The Downtreader (Joni Mitchell), Black Is The Color Of My True Love's Hair (traditional / Arr. Youn Sun Nah), Jockey Full Of Bourbon (Tom Waits). Et puis comme d'habitude, il y a les grands moments d'émotion, Hallelujah (Leonard Cohen) en duo avec Tomek Miernowski et en rappel pour clôturer le concert, Avec Le Temps (Léo Ferré) en duo avec Frank Woeste.

https://www.younsunnah.com/

     

Un peintre à découvrir ou à redécouvrir

Henry DENANDER

Henry Denander est un peintre, sculpteur et poète Suédois, né à Stockholm en 1952. Ce spécialiste de l'aquarelle aime croquer les musiciens (John Coltrane, Miles Davis, Lightnin' Hopkins, Willie Dixon, Reverend Gary Davis, Willie Nelson ... ou, comme ci-dessous, Chet Baker).

Henry Denander - Chet Baker - Aquarelle (2017)

Une photo, une histoire

Amsterdam - 1er janvier 2011

Dans la belle lumière du petit matin, on aperçoit la coupole de la Basilique Saint Nicolas derrière les maisons qui bordent l'Oudezijds Vooburgwal Canal. Ici, nous sommes au cœur d'Amsterdam, non loin du Damrak et de l'hôtel Prinz Hendrik.

Une photo, une histoire sur Adobe Spark

Chaque mois où presque, je publie une photo sur ce Blog, dans la rubrique "Une photo, une histoire". J'en ai rassemblé quelques-unes (et d'autres) sur "Adobe Spark". Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

Photos et histoires de New York sur Adobe Spark

"Photos et histoires de New York" un 2e album photos est en ligne sur "Adobe Spark" à partir du lien ci-dessous :

https://spark.adobe.com/page/kYq4mBZWIMkaZ/

Souvenirs de Florence - La ville où l'Art est Roi

"Souvenirs de Florence" un 3e album photos est en ligne sur "Adobe Spark" à partir du lien ci-dessous :

https://spark.adobe.com/page/OO4sTcaYF54lT/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez Jazznicknames sur Twitter : @jazznicknames

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Retour à l'accueil