Une version en Anglais de la Newsletter est disponible à l'adresse suivante :

http://jazznicknames.over-blog.com/2017/06/les-news-2018-juin.html

The Newsletter is now available in English. Click on the link above

Le morceau du mois

Duke ELLINGTON / Accordion Joe

Disques

Yannick ROBERT / Millenium Trio

Un an après le superbe "Soul Cages Trio - Tribute To Sting" (voir la Newsletter de juillet 2017) et quelques mois après le non moins excellent "Baïkal", voici le nouvel album de Yannick Robert, très différent des précédents, autres musiciens, autre son, autre ambiance.
Il s'est entouré de deux "pointures", le bassiste Belge Benoit Vanderstraeten et le batteur Franck Agulhon.
Ce sont des retrouvailles puisqu’ils avaient déjà enregistré ensemble l'album "Vaci Utca", en 2005.
Le Millenium Trio nous entraîne vers des rivages aériens où se mêlent, pour notre plus grand plaisir, mélodies ciselées et improvisations lumineuses.
Au programme, neuf compositions originales et deux étonnantes reprises, "Can't Help Falling In Love" popularisé par Elvis Presley et "Je me suis fait tout petit" de Georges Brassens. Le trio installe de belles atmosphères, cosmique pour "Remember", Funky pour "Asakusa" ou encore à la Stevie Wonder pour "Je me suis fait tout petit".

Outre la qualité artistique des trois musiciens, il convient de mentionner la qualité exceptionnelle de la prise de son et du mixage qui mettent parfaitement en valeur les trois instruments. Un disque à ne pas rater !

http://www.yannickrobert.com/

  

Le Millenium Trio sera en concert au Sunset à Paris, le 28 juin, pour présenter son album.

http://www.sunset-sunside.com/2018/6/artiste/3001/5394/

Disques

Anat COHEN & Fred HERSCH / Live In Healdsburg

Rencontre inattendue mais ô combien réjouissante entre la clarinettiste Israélienne Anat Cohen et le pianiste Américain Fred Hersch.
J'aime particulierement ce dernier, pianiste exceptionnel, prolifique aussi mais dont les disques sont toujours de grande qualité. Quant à Anat Cohen, je l'ai découverte il y a quelques années avec l'excellent album "3 Cohens - Tightrope", enregistré avec ses Frères Yuval (Saxophones) et Avishai (Trompette). C'est apparemment un peu par hasard que les deux artistes se sont retrouvés ensemble sur la scène de l'édition 2016 du festival Californien de Jazz d'Healdsburg, petite ville du comté de Sonoma. Le côté impromptu de ce concert n'a pas nui à leur prestation, bien au contraire, car il en émane une grande spontanéité et l'on perçoit bien que les deux musiciens qui sont en permanence à l'écoute l'un de l'autre, se sont immédiatement trouvés.
La sonorité chaude et feutrée de la clarinette d'Anat s'accorde admirablement avec les dentelles du piano de Fred.

"Jouer avec Fred c’est comme nager dans un océan d’infinies possibilités.
Sa fascinante palette de nuances, de couleurs et de sentiments m’inspire pour partir ensemble à l’aventure avec ma clarinette
". Anat Cohen

  

"Une remarquable clarinettiste, j’ai rarement joué avec une musicienne qui écoute si bien. Elle a une oreille formidable et une telle facilité avec son instrument qu’elle peut réellement raconter une histoire dans l’instant.  C’est un vrai plaisir de faire de la musique avec elle". Fred Hersch

https://www.anatcohen.com/              http://fredhersch.com/

Ben GEYER / The Acadian Orogeny

Ben Geyer est un jeune pianiste Américain originaire de Nashua dans le New Hampshire. Il a publié son premier album " The Narrative" en 2009, avec un Sextet de musiciens New New-yorkais.

Désormais, il est installé dans la région d'Atlanta et il enseigne à l'Université de West Georgia. Parmi ses pianistes favoris, il cite volontiers Herbie Hancock, Keith Jarrett et Brad Mehldau. Pour ma part, j'ai retrouvé dans sa musique quelques accents d'un pianiste certes moins connu, mais que j'apprécie particulièrement, Mike LeDonne.

Voici donc son deuxième album au titre plutôt mystérieux, "The Acadian Orogeny". Ben Geyer le présente ainsi
« J’ai achevé, la veille de mon exil, l’écriture du morceau qui a donné son nom à l’album. Je quittais alors ma ville natale du New Hampshire pour une nouvelle vie dans le Kentucky. Mais je ne lui ai donné son titre que récemment, grâce à un ami géologue. L’orogénie acadienne, m’a-t-il expliqué, est un processus de mouvement modifiant le relief montagneux. Cette réflexion m’a ramené des années en arrière lorsque, au volant de ma petite deux-portes bleue à hayon, pleine à craquer, je roulais à travers l’écho de roches en mouvement depuis 375 millions d’années.
Ce qui est drôle, c’est que le titre a clarifié quelque chose que je n’avais pas su entendre dans le morceau… ou peut-être que, dans mon esprit, le morceau s’est transformé pour incarner son titre. Quoi qu’il en soit, la topographie du morceau – avec ses pics et ses vallées, ses pentes et ses falaises – est tout à coup devenue essentielle. J’ai compris qu’elle était la métaphore de mon voyage nomade, de mon impossibilité à demeurer au même endroit plus de quelques années, toujours à la poursuite du nouveau. Depuis, j’ai trouvé un lieu où m’établir durablement (l’état de Géorgie), mais cet album est le produit de mon passé d’errance. 
»

L'album comprend cinq titres originaux et une reprise, "Giant Steps" de John Coltrane. Aux côtés du pianiste, on retrouve deux excellents musiciens, comme vous pourrez le constater à l'écoute du disque, Peter Dominguez (bass) et Zaire Darden (drums). Une belle révélation et un artiste à suivre !

Jazz au pluriel - La chronique de Philippe VINCENT

On le sait, le jazz est aujourd’hui multiforme et les nombreuses influences qui l’ont nourri pendant son histoire ont considérablement élargi son corpus  stylistique. Quelques nouveautés parues ce printemps témoignent bien de cet éventail musical très ouvert, certains musiciens, quel que soit leur âge, gardant un lien plus ou moins étroit avec la tradition et d’autre s’en éloignant franchement.


Avec le prénom qu’il porte, Dexter Goldberg était sans doute prédestiné à devenir jazzman. Fils du saxophoniste Michel Goldberg, ce jeune pianiste qui a choisi le clavier sur le tard après des études de percussion ne peut nier l’héritage de ses aînés, particulièrement celui d’Herbie Hancock dont il partage le souci rythmique. Son sens de l’attaque et son phrasé vif et plein d’autorité le poussent vers des grooves auxquels l’auditeur ne pourra résister longtemps et qui feront vite comprendre que ce jeune homme a le jazz sous les doigts. Avec son trio formé il y a trois ans, voilà un premier disque en tous points réussi qu’il faut découvrir (Tell Me Something New – Jazz&People/Distri. PIAS).

https://www.dextergoldberg.com/


En matière d’héritage, le quartet Lucky Dog n’en manque pas, même si l’expérience et la diversité des musiciens qui le composent multiplie les sources d’influences. Formé il y a cinq ans par le saxophoniste Frédéric Borey et le trompettiste Yoann Loustalot avec la complicité rythmique de Yoni Zelnik (contrebasse) et de Frédéric Pasqua (batterie), voilà une formation qui peut faire penser par moment au fameux orchestre des années 70 Old and New Dreams (Don Cherry, Dewey Redman, Charlie Haden et Ed Blackwell) grâce à un interplay permanent entre les musiciens qui semblent inventer les morceaux sur le champ. Et le fait d’avoir enregistrer ce Live at the Jacques Pelzer Jazz Club en public (Fresh Sound/Socadisc) ne fait qu’accentuer le caractère vivant de cette musique pleine de spontanéité. Un disque à mettre sur le dessus de la pile et un orchestre à écouter en concert le 1er juillet au Respire Jazz Festival (Charente).


Loin de ce que le mot jazz peut immédiatement évoquer à l’esprit, deux enregistrements récents nous ont fait dresser l’oreille. Venu du nord de l’Europe où l’étiquetage musical n’est pas la règle, le Steamdome du violoniste Ola Kvernberg (Grappa/Distri. Outhere) est une formidable machine rythmique (avec trois percussionnistes) bouillonnant d’énergie où l’arrivée d’un orgue dans  ce déluge sonore nous fait penser que Kvernberg doit connaître le trio Larry Young/John  McLaughlin/Tony Williams et certains groupes de rock progressif des années 70.

Voilà une piqûre d’énergie pure qui réveillera tout bon système d’écoute.

http://www.olakvernberg.com/


A l’opposé, Elina Duni apprivoise le silence seule avec sa guitare ou son piano dans Partir (ECM/Universal). Si on n’avait pas été totalement convaincus par les deux albums qu’elle fit en quartet pour ce même label, la chanteuse de Tirana montre ici combien l’exercice solitaire lui convient à merveille.
Sur un répertoire éclectique de chansons traditionnelles où elle chante en neuf langues, sa voix cristalline est mise en valeur par des arrangements épurés et une prise de son superbe du Studio La Buissonne. Le calme après la tempête …

http://elinaduni.com/?lang=fr

 Directeur de la Société OMD (1983-1996) spécialisée  dans la  distribution de  labels de jazz (Enja, Timeless,  Muse,  Sunnyside, GRP,  etc), créateur du label IDA  Records (1984 - 1998) qui enregistra  Barney Wilen, Louis  Sclavis,  Laurent de  Wilde, Enrico Pieranunzi et  bien  d'autres, Philippe Vincent est membre de  l'Académie du  Jazz  et collaborateur régulier de Jazz Magazine/Jazzman  depuis  2008.

Un musicien à découvrir ou à redécouvrir

Vince GUARALDI (1928 - 1976)

Figure emblématique de la scène Jazz de San Francisco dans les années 50 et 60, le pianiste Vince Guaraldi est néanmoins, comme tant d'autres, tombé aujourd'hui dans les oubliettes de l'histoire du Jazz. Pourtant, sa musique est connue par tous les Américains. En effet, à partir de 1965, il a composé de nombreux morceaux pour la série de dessins animés "Peanuts" (Charlie Brown), tirés de la bande dessinée de Charles M. Schulz, le plus célèbre étant "Linus And Lucy".

Mais Vince Guaraldi, c'est aussi et surtout l'album "Jazz Impressions Of Black Orpheus" (1962). Il comprend des reprises de thèmes du film "Orfeu Negro" de Marcel Camus (1959) mais aussi deux de ses plus célèbres compositions "Alma-Ville" et "Cast Your Fate To The Wind".
Pour cette dernière, il a reçu un Grammy Award en 1963 (Best Original Jazz Composition).
Vince Guaraldi reste comme l'un des tous premiers Jazzmen à s'être ouvert à la musique Brésilienne et à avoir perçu tout l'intérêt qu'il y avait faire dialoguer Jazz et Bossa Nova.
Vince Guaraldi est décédé prématurément le 6 février 1976, il n'avait que 47 ans.

  

Un morceau, une histoire

Jerome KERN & Dorothy FIELDS / Pick Yourself Up


"Pick Yourself Up" a été composé en 1936 par Jerome Kern (Music) & Dorothy Fields (Lyrics), pour la comédie musicale "Swing Time" (Sur les ailes de la danse) réalisée par George Stevens. Parmi les autres chansons du film, on trouve également un autre Standard du duo Kern / Fields, "The Way You Look Tonight". Dans le film, Fred Astaire jour le rôle d'un pseudo apprenti danseur qui, comme il le dit, a "deux pieds gauches" et souhaite prendre des leçons auprès d'un professeur interprété par Ginger Rogers.
On retrouve "Pick Yourself Up" dans deux scènes mémorables du film, l'une chantée, l'autre dansée.

Beaucoup de belles interprétations de ce morceau, Anita O'Day sur l'album éponyme (1956), Frank Sinatra sur l'album "Sinatra And Swingin' Brass" (1962 ou encore Gregory Porter sur l'album "Nat King Cole & Me" (2017).
Mais on doit la version la plus extraordinaire, pleine d'invention, de folie et de Swing, à Mel Torme (Vocals) et George Shearing (Piano), en live au Newport Jazz Festival, le 18 août 1989.

  

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

Joan BAEZ / Whistle Down The Wind

Joan Baez n'avait plus enregistré d'album depuis "Day After Tomorrow" en 2008. Elle revient avec ce nouveau disque produit par Josh Ritter et Joe Henry. Dix reprises qui vont de Tom Waits et Mary Chapin Carpenter à des artistes moins connus comme Zoe Mulford ou Tim Eriksen. "The President Sang Amazing Grace" est la chanson la plus forte du disque. Elle a été composé pae Zoe Mulford à la mémoire des paroissiens noirs, assassinés à Charleston en 2015, par un suprémaciste blanc et en hommage à Barack Obama qui entonna "Amazing Grace" à la fin de son discours, lors de la cérémonie funéraire.

Par ailleurs, Joan Baez a annoncé qu'elle n'effectuerait plus de tournées après 2018. Dans une interview au magazine Rolling Stone, elle a notamment déclaré "C’est devenu trop dur de chanter. C’est tellement difficile de chanter. Personne ne peut imaginer l’effort que cela demande d’entretenir ses cordes vocales. Elles ne m’obéissent plus. Lorsque je reste dans un registre grave, elles y arrivent à peu près. Et le son me plaît. Mais dans les aigus, je ne m’en sors plus du tout". 
Si vous n'avez jamais eu le bonheur de la voir sur scène, profitez de sa dernière tournée. Elle sera à Paris, à l'Olympia, du 4 au 17 juin, à Marciac le 12 août puis de nouveau à l'Olympia, en février 2019.

       

Puisqu'on parle de Marciac, le festival 2018 se déroulera du 27 juillet au 15 août. Parmi les très nombreux artistes programmés pour cette 41e édition, on peut citer Wynton Marsalis, Gregory Porter, Chick Corea, Eric Bibb, Emile Parisien & Vincent Peirani ou encore Stacey Kent.
Quant à Jazz à Vienne, l'autre "dinosaure" (du 28 juin au 13 juillet), il nous propose à peu près les mêmes plus Rhoda Scott, Avishai Cohen, Roy Hargrove, Gilberto Gil, Magma et Sting.

La programmation complète est en ligne sur les sites des festivals.

http://www.jazzinmarciac.com/                                  https://www.jazzavienne.com/fr

Festival

Respire Jazz Festival - Aignes et Puypéroux

Aux antipodes des mastodontes précités, le "Respire Jazz Festival" poursuit sa belle aventure dans le cadre bucolique de l'abbaye Charentaise de Puypéroux.

Pour cette 10e édition, du 28 juin au 1er juillet, l'affiche est une fois de plus particulièrement alléchante avec notamment, le 29 juin, le trio du guitariste Pierre Perchaud (Simon Tailleu - Contrebasse, Antoine Paganotti - Batterie) et en invitée, la chanteuse Suédoise Isabel Sörling pour un hommage à Joni Mitchell.

Le 30, la chanteuse et pianiste Lettone Olinka Mitroshina (Georges Guy - Guitare, Alexei Derevedsky - Contrebasse) dont l'album "Gershwin's Blues" a été chroniqué par Philippe Vincent dans la Newsletter de février dernier,
le trio du pianiste Italien Enrico Pierannunzi (Diego Imbert - Contrebasse, André Ceccarelli - Batterie) et, the last but not the least, la chanteuse Coréenne Youn Sun Nah en duo avec son complice, le guitariste Ulf Wakenius.

  

Enfin, le 1er juillet, le trio de la trompettiste Airelle Besson que l'on a notamment entendue dans le Lady Quartet de Rhoda Scott.

Retrouvez la programmation complète sur le site du festival

http://www.respirejazzfestival.com/

Un peintre à découvrir ou à redécouvrir

Marco Battaglini

S'il est un artiste étonnant, c'est bien Marco Battaglini. Cet Italien d'origine, né à Vérone en 1969, est installé à San José au Costa Rica. Son concept : Mélanger les peintures classiques de la Renaissance avec les univers du Street Art et du Pop Art (Andy Warhol, Roy Lichtenstein ...). Marco Battaglini abolit les frontières temporelles et culturelles et bouleverse les codes dans un véritable choc esthétique.

http://www.marcobattaglini.com/

"Stravolgimi Il Domani"

Une photo, une histoire

Chine - Jhujiajiao - 20 mars 2017

A quelques dizaines de kilomètres de Shanghai seulement, se trouve le village d'eau de Zhujiajiao. Surnommé, la "petite Venise de Shanghai", il est constitué de multiples canaux bordés par des maisons typiques de la région du delta du Yangzi. Dans les ruelles, les échoppes proposent des souvenirs mais aussi des spécialités culinaires comme les pieds de porc laqués ou le riz grillé au lard enveloppé dans des feuilles de bananiers.

Les albums photos en ligne sur Adobe Spark

Une photo, une histoire - Souvenirs du monde

Chaque mois où presque, je publie une photo sur ce Blog, dans la rubrique "Une photo, une histoire".
J'en ai rassemblé quelques-unes (et d'autres) sur "Adobe Spark".
Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

Photos et histoires de New York - Souvenirs de "Big Apple"

"Photos et histoires de New York", un 2e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/kYq4mBZWIMkaZ/

Souvenirs de Florence - La ville où l'Art est Roi

"Souvenirs de Florence" un 3e album photos est en ligne sur "Adobe Spark" à partir du lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/OO4sTcaYF54lT/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez Jazznicknames sur Twitter : @jazznicknames

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Sonia B - Tribute to Joan Miro (Collection Privée)

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Retour à l'accueil