"Jazz is not just Music. It's a way of Life, It's a way of Being, A way of Thinking". Nina Simone

Le morceau du mois

Stan GETZ, Joao GILBERTO & MIUCHA / Aguas De Marco

Disques

Robin McKelle / Alterations

J'avais découvert Robin McKelle en 2006 avec son premier album "Introducing Robin McKelle" puis avec le second "Moderne Antique", en 2008. Depuis, j'avoue que je l'avais un peu perdu de vue et je la redécouvre aujourd'hui avec son nouvel opus "Alterations". Un vrai plaisir de retrouver sa belle voix de contralto, un peu éraillée, qui fait merveille sur les dix titres de cet album qui rend hommage aux femmes qui ont marqué sa vie de musicienne. Elle viennent de tous les horizons Billie Holiday (Don't Explain), Janis Joplin (Mercedes Benz), Dolly Parton (Jolene), ou encore, Carole King (You've Got A Friend). Un bel album intimiste dans lequel l'âme est toujours présente. Mon morceau préféré, "River" de Joni Mitchell. Difficile de passer derrière la grande Joni mais Robin McKelle s'en tire à merveille, c'est superbe ! Une vraie réussite que je vous invite vraiment à découvrir.
Elle présentera son nouvel album au New Morning, à Paris, les 16 et 17 mars.

"J'ai laissé l’écho des artistes qui m'ont émue, qui m'ont changée, envahir mon âme. Leur souvenir est une force inaltérable. Je souhaitais rendre hommage à ces femmes créatrices, auteures, compositrices et faire de leurs chansons, les miennes". Robin McKelle

http://robinmckelle.com/

             

Lou Tavano / Uncertain Weather

Trois ans après l'excellent "For You", Lou Tavano revient avec ce nouvel album et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'une nouvelle belle réussite. Moins "Jazz" que le précédent, "Uncertain Weather" nous entraîne vers d'autres territoires, portés par la voix unique de Lou Tavano.

"Revenir à l'essentiel. Mettre la voix au cœur d'un écrin fait de cordes, celles du piano et du violoncelle.
Un jazz de chambre volcanique à l'image d'une femme à la corde vocale inclassable.
Vibrante de sincérité, elle frotte à l'archet de ses émotions les cordes sensibles d'un public qui en ressort la larme à l’œil et le rire aux lèvres, le temps d'une chanson.
Pour les écrire, Lou Tavano s'est isolée plusieurs mois en Ecosse avec son alter ego franco-britannique Alexey Asantcheeff.
Elle y a découvert une nature-miroir de la sienne, aussi climatiquement instable que Lou l'est émotionnellement. Cet album est devenu le storytelling de ce paysage intérieur, son "Uncertain Weather
".

https://loutavanomusic.com/

             

Oldies But Goldies

Un disque à découvrir ou à redécouvrir

Paul DESMOND / Bridge Over Troubled Water

 

Quand on cite le nom du saxophoniste alto et clarinettiste Paul Desmond, on pense immédiatement au quartet de Dave Brubeck et sa contribution majeure à l'identité musicale du groupe. C'est lui qui a composé "Take Five" (album "Time Out" en 1959), l'un des titres phares du quartet. Mais il ne faut pas oublier qu'il a également collaboré avec des artistes comme Jerry Mulligan et Chet Baker et publié une dizaine d'albums sous son nom.
Parmi ceux-ci ce "
Bridge Over Troubled Water" sorti en 1970. Il revisite 10 chansons du duo Simon And Garfunkel, accompagné en particulier, par Herbie Hancock et Ron Carter.
Le jeu fluide et le son parfaitement pur de l'alto de Paul Desmond font merveille, en particulier sur "Feelin' Groovy", ma plage préférée de l'album.

             

La voix dans tous ses états - La chronique de Philippe VINCENT

Comme dans beaucoup de genres musicaux, la voix fut au premier plan dès la naissance du jazz. Dans les années 20 et 30, tous les big bands avaient leur chanteuse ou leur chanteur (parfois les deux) et l’avènement du bebop, musique instrumentale avant tout, n’empêcha pas la vague de chanteuses qui déferla sur les années 50. Il faut dire qu’à l’époque, une extraordinaire trinité féminine régnait sur le jazz vocal (Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan) et renforça certainement quelques vocations. Si le jazz modal et le free jazz firent une place plus modeste au plus vieil instrument de l’histoire de la musique, le tournant du siècle le remit à l’honneur et une véritable génération spontanée de vocalistes se fit jour. Si la qualité ne fut pas toujours égale dans cet ensemble disparate, on a la chance en ce début d’année de voir apparaître ou réapparaître des artistes de premier plan.



Sinne Eeg est l’une d’elles et ce n’est pas pour rien qu’elle fut primée à maintes reprises par les Danish Music Awards mais aussi en France par l’Académie du Jazz. Après des disques en petites formations, voilà qu’elle se lance un nouveau challenge avec le fameux  Danish Radio Big Band, grand orchestre fondé en 1964 qui enregistra plus de 80 albums avec des invités aussi prestigieux que Miles Davis, Stan Getz, Joe Henderson ou Eliane Elias. Avec derrière elle cette machine merveilleusement bien huilée et aux solistes talentueux, la sirène danoise dont nous connaissions déjà les qualités vocales remarquables confirme aussi son don pour l’écriture et la composition, des arrangements magnifiquement ciselés peaufinant les œuvres de la chanteuse. Souhaitons que ce « We’ve Just Begun » (Stunt Records/ UVM) ne soit vraiment qu’un début.

http://sinnemusic.com/

 

             


Autre artiste confirmée depuis longtemps, Anne Ducros a multiplié les expériences au fil d’une carrière où elle changea peut-être trop souvent d’orchestres et de projets. Sans doute est-ce sur un répertoire ancré dans la tradition qu’elle donne le meilleur d’elle-même (on se souvient du très bel hommage qu’elle rendit à Ella Fitzgerald sur des arrangements du regretté Ivan Julien, maître en la matière) et elle le montre ici de la plus belle des manières. Entourée simplement de la guitare virtuose d’Adrien Moignard et de la basse somptueuse de Diego Imbert, elle ré enchante une poignée de standards ou de chansons connues dans une atmosphère intimiste qui met pleinement en valeur sa voix mûrie et sa science du vocal.
Ce « Something » (Sunset Records/L’Autre Distribution) est vraiment quelque chose !

https://www.anneducros.com/

 

             


Mais les chanteuses ne sont pas toujours leader et ce sont parfois d’autres musiciens qui les poussent sur le devant de la scène. C’est le cas avec le dernier album de Paul Lay où ce surdoué du piano a remis en studio le trio (plus quelques invités) avec lequel il avait signé Alcazar Memories il y a trois ans. Sur un répertoire de musique populaire américaine datant de plus d’un siècle que le pianiste construit à la perfection, la suédoise Isabel Sörling est bouleversante d’émotion et de gravité tant elle fait siens les textes qu’elle chante. Avec Simon Tailleu à la basse (complice de longue date du pianiste), voilà un trio (augmenté ou diminué suivant les morceaux) qui en étonnera plus d’un. Ce « Deep Rivers » (Laborie Jazz/Socadisc) est à mettre entre toutes les oreilles et enchantera même les plus bouchées.

http://www.paul-lay.com/

 

             


Jean-Pierre Como est lui aussi un pianiste qui fait la part belle à la voix. Ce cofondateur du groupe Sixun s’est remis au piano acoustique depuis longtemps (en fait il ne l’avait jamais vraiment quitté) et le voilà replongeant dans ses origines. Pour « My Little Italy » (Bonsaï Music/L’Autre Distribution), il a voulu écrire une ode à douceur des mélopées transalpines en évoquant son imaginaire italien où la simplicité et l’émotion ont été ses meilleurs outils. Et le porte-voix de ce retour aux sources est le chanteur Walter Ricci dont les qualités vocales habitent totalement cet univers à la fois historique et imaginaire. Un monde de délices où Felipe Cabrera (b), André Ceccarelli (dms) et Mino Garay (perc) confortent la latinité de l’entreprise et où l’on entre par la magnifique image de couverture du photographe Claude Nori.

http://www.jpcomo.com/

 

 

             



La voix est partout et ce n’est pas le groupe We Are Birds qui me contredira. Ils ont fait appel à pas moins de six chanteurs et chanteuses qui interviennent à tour de rôle sur plus de la moitié des titres de leur album « No Return » (Nutsy Prod/InOuie Distri). Loin des standards et autres formes de retour aux sources,Thomas A.Turunen (p,kb), Emmanuel Soulignac (b) et Dimitri Reverchon (dms,perc) mélangent jazz, afro et pop avec un appétit épatant. Si on est loin de la tradition jazzistique, on entre dans un monde onirique qui invite  à un voyage musical surprenant, le son sculpté et magnifique de cette production léchée étant à donner en pâture aux meilleurs systèmes d’écoute pour une immersion totale.

Laissez-vous envahir par l’inclassable …

https://www.we-are-birds.com/

 

 

             

Si la voix n’est pas là sur le dernier disque de Xavier Desandre Navarre, comment ne pas penser à Youn Sun Nah à qui le percussionniste prêta ses doigts d’or sur les albums ACT de la chanteuse. Avec « In-Pulse 2 » (Cristal Records/Sony Music), il nous présente le deuxième volume de son quartet constitué de fines lames : Stéphane Guillaume (sax, bcl), Emil Spanyi (p) et Stéphane Kerecki (b). Avec de tels musiciens, pas question de démonstration ou de virtuosité gratuite mais de la musique, rien que de la musique. Il faut dire que Desandre Navarre se définit plus comme un rythmicien que comme un batteur ou un percussionniste et il le montre avec élégance une fois de plus. Mélange de percussions ethniques, de grooves subtils et de mélodies bien léchées, sa musique sait faire place aux improvisations inspirées de ses partenaires judicieusement choisis depuis le premier album. La voie de la liberté où le jazz peut donner rendez-vous à toutes les influences musicales.

http://www.xavierdesandrenavarre.com/index.php/fr/actualites/

 

       

Philippe Vincent


Directeur de la Société OMD (1983 - 1996) spécialisée dans la distribution de labels Jazz
(Enja, Timeless, Muse, Sunnyside, GRP, etc), créateur du label IDA Records (1984 - 1998)
qui enregistra Barney Wilen, Louis Sclavis, Laurent De Wilde, Enrico Pierannunzi
et bien d'autres, Philippe Vincent est membre de l'Académie du Jazz et collaborateur régulier
de Jazz Magazine depuis 2008.

Un morceau, une histoire

Jerome Kern & Ott Harbach / Smoke Gets In Your Eyes


"Smoke Gets In Your Eyes" a été composé par Jerome Kern (Music) et Otto Harbach (Lyrics) pour la comédie musicale "Roberta" créée en 1933 au New Amsterdam Theatre de Broadway. Parmi les autres chansons du spectacle, le célébrissime "Yesterdays". En 1935, "Roberta" a été adapté au cinéma par Robert A. Seiter avec dans les principaux rôles Fred Astaire, Ginger Rogers et Irène Dunne qui chante la chanson dans le film.
La version la plus connue de "Smoke Gets In Your Eyes" est cette des Platters (1958) mais il existe bien d'autres versions très intéressantes, en particulier celles de Nat King Cole (Album "Trio Vol. 2" - 1946), Dinah Washington (Album "Dinah" - 1956) et Keith Jarrett (Album "Tribute" - 1990).

 

       

Bad News

Graeme ALLWRIGHT (07/11/1926 - 16/02/2020)

 

Avec le décès de Graeme Allwright, c'est une figure emblématique du "Protest Song" qui disparaît.
Originaire de Nouvelle Zélande, il s'installe à Londres puis en France en 1948. Après avoir exercé divers métiers (apiculteur, animateur, professeur d'anglais ...), il "monte" à Paris pour entamer une carrière de chanteur.
Il est très vite remarqué par Colette Magny et Mouloudji.

Au milieu des années 60, il publie ses deux albums les plus importants "Joue, Joue, Joue" (1966) et "Le Jour de Clarté" (1968). Il nous fait découvrir les grands Folksingers Nord Américains dont il adapte les textes en Français (Woody Guthrie, Pete Seeger, Jackson C. Franck, Tom Paxton, Malvina Reynolds, Roger Miller, Léonard Cohen, Bob Dylan ...).
Pour les gens de ma génération, c'est une véritable révélation et une porte ouverte vers de nouveaux horizons musicaux.
En 2010, l'Académie Charles Cros lui avait décerné un grand prix "In Honorem" pour l'ensemble de sa carrière.
Au-delà de l'artiste, Graeme Allwright est resté jusqu'à la fin de sa vie un militant infatigable pour la non-violence et contre l'injustice sociale.

             

       

Un peintre à découvrir ou à redécouvrir

Alexandre Hogue (1888 - 1994)

Alexandre Hogue fait partie de ces artistes méconnus, les peintres des campagnes et des petites villes de l'Amérique profonde. Il était membre du courant artistique appelé "The Dallas Nine", et surnommé "le peintre du Dust Bowl". Le Dust Bowl (bassin de poussière) est une région à cheval sur l'Oklahoma, le Kansas et le Texas, touchée dans les années 30 par la sécheresse et par une série de tempêtes de poussière ayant provoqué une catastrophe écologique et agricole. A l'origine, les Southern Plains étaient des prairies où paissaient les bisons et vivaient les "Native Americans".
Les immigrants s'y installent au début du XXe siècle et les champs de céréales remplacent les prairies. Pendant la grande dépression, les agriculteurs augmentent considérablement les hectares de terres cultivées pour tenter de conserver un revenu décent.
Ce surlabourage laisse les terres à nu, exposées au soleil et aux vents.
Ceux-ci emportent la couche de terre arable, causant d'effroyables tempêtes de poussière.

Résultat, des milliers de fermiers doivent fuir vers la Californie en empruntant la fameuse Route 66.
Ce sont les conséquences de ces tempêtes qu'Alexandre Hogue a magnifiquement représentées dans ses tableaux.

"Erosion N°2 Mother Earth Laid Bare" - Huile sur Toile 111,76 X 142,24 (1936)
Phillbrook Museum Of Art - Tulsa (Oklahoma)

"Le sol arable a disparu, plus rien ne pousse. La terre nourricière est représentée par la silhouette d'une femme nue, ensevelie dans les sables, qui a rendu son dernier souffle tandis que la charrue, qui a causé sa mort, hante le premier plan". Waldemar Januszcsak

 

"The Crucified Land" - Huile sur Toile - 119,7 X 166,4 (1939)
Gilcrease Museum - Tulsa (Oklahoma)

"Le crucifix est devenu un épouvantail, le paysage est scarifié et érodé. A l’horizon, git un tracteur qui a inlassablement labouré la terre, la transformant en désert". Waldemar Januszcsak

Pour mieux le découvrir, lisez le remarquable article de Martine Tabeaud et Alexis Metzger, intitulé
"Alexandre Hogue - Peintre du Dust Bowl" (Lien ci-dessous).

https://journals.openedition.org/physio-geo/5291

D'autres artistes comme Oscar Brousse Jacobson ont aussi été inspirés par le "Dust Bowl".

Oscar Brousse Jacobson - "The Red Tank Or Indian Pool" - Huile sur Toile (1940)
Clermont Ferrand - Exposition "We Belong To The Land" - 19 décembre 2019

Le "Dust Bowl" est aussi au cœur du roman de John Steinbeck "les Raisins de la Colère" (1939), porté au cinéma l'année suivante par John Ford, avec Henri Fonda dans le rôle du fermier Tom Joad.

       

Il a également inspiré les musiciens, en premier lieu Woody Guthrie qui vécut le Dust Bowl mais aussi le groupe Mumford And Sons avec "Dust Bowl Dance" sur l'album "Sigh No More" (2009) ainsi que Joe Bonamassa avec la chanson "Dust Bowl" sur l'album éponyme (2011).

Une photo, une histoire

Paris - Eglise et fontaine Saint-Sulpice - 30 octobre 2019

Située dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, L'église Saint-Sulpice a été édifiée au 17e siècle, à l'endroit où s’élevait une église primitive datant probablement du 12e siècle. Parmi les éléments remarquables, on peux noter les peintures d'Eugène Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges et le grand orgue, construit par François-Henri Clicquot entre 1776 et 1781 puis réhabilité par Aristide Cavaillé-Coll au 19e siècle.
A noter que pendant la révolution, l'église avait été transformée en "Temple de la Raison" dédié au culture de l'Etre Suprême puis sous le Directoire, en magasin de fourrage.

Quant à la fontaine qui occupe le centre de la place, elle a été érigée de 1843 à 1848 par l'architecte Louis Visconti.

Les albums photos en ligne sur Adobe Spark

Une photo, une histoire - Souvenirs du monde

Chaque mois où presque, je publie une photo sur ce Blog, dans la rubrique "Une photo, une histoire".
J'en ai rassemblé quelques-unes (et d'autres) sur "Adobe Spark".
Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

Photos et histoires de New York - Souvenirs de "Big Apple"

"Photos et histoires de New York", un 2e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/kYq4mBZWIMkaZ/

Souvenirs de Florence - La ville où l'Art est Roi

"Souvenirs de Florence" un 3e album photos est en ligne sur "Adobe Spark" à partir du lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/OO4sTcaYF54lT/

Wild Wild West - Montana / Wyoming

"Wild Wild West - Montana Wyoming",
un 4e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/s3jlGRV26p3Hi/

Alaska - The Last Frontier

"Alaska - The Last Frontier",
un 5e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/mPQDKNV8IkkRk/

Fleurs du Monde

"Fleurs du Monde",
Le 6e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/SlSWDkktyzzRu/

Le Jardin des Tarots de Niki De Saint Phalle

 

https://spark.adobe.com/page/VU8NPXoBLsVhJ/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez le Blog de Jazznicknames sur Twitter

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Puy De Dôme - Lezoux - Musée de la Céramique - 07 août 2019
Portrait en ronde-bosse d'un homme barbu

"I don't have a definition of Jazz. You're just supposed to know it when you hear it". Thelonious Monk 

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Retour à l'accueil