"Jazz is not just Music. It's a way of Life, It's a way of Being, A way of Thinking". Nina Simone

Le morceau du mois

Kurt ELLING / American Tune

https://kurtelling.com/

Disques

Stefano BOLLANI / Piano Variations On Jesus Christ Superstar


La musique composée par Andrew LLoyd Webber pour la comédie musicale "Jesus Christ Superstar" a cinquante ans. Stefano Bollani a choisi de célébrer cet anniversaire en interprétant au piano solo 18 pièces de cette célèbre bande originale. Au moment de la sortie film, Stefano Bollani avait 14 ans, il avait acheté l'album et était tombé amoureux de cette musique. Depuis, il a poursuivi une brillante carrière, enregistrant plusieurs dizaines d'albums et pour ma part, je le tiens pour l'un des tous meilleurs pianistes contemporains.
L’extrême sensibilité du jeu du pianiste Milanais et son toucher unique s'expriment une fois de plus, avec brio,  sur cet album. 
Il se balade sur les thèmes et y intègre des citations, ainsi "Heaven On Their Minds" prend par moments des faux airs de "Caravan". Sur le morceau phare, "Superstar", il chuchote les paroles avant d'être rejoint par sa fille Frida et par Valentina Cenni.

On est sous le charme de cet album singulier.

http://stefanobollani.com/fr

              

Riza & Marcus PRINTUP / Gentle Rain


La harpiste Riza Printup et son mari, le trompettiste Marcus Printup nous proposent "Gentle Rain", leur premier album en duo, publié sur le label Danois SteepleChase. Harpe et trompette, c'est à ma connaissance unique dans le monde du Jazz. Le titre "pluie légère" correspond exactement à l’atmosphère des 9 plages de l'album (2 compositions de Riza et 7 superbes reprises).
La harpe tresse un tissus musical délicat sur lequel se greffe la trompette de Marcus dont le jeu subtil fait merveille sur ces balades.
J'aime particulièrement leurs interprétations de "How Do You Keep The Music playing" composé en 1982 par Michel Legrand pour le film "Best Friends" et le "Caruso" de Lucio Dalla.

Marcus Printup a joué avec Marcus Roberts, Betty Carter, Dianne Reeves ... et il est depuis 1993, l'un des "piliers" du "Jazz At Lincoln Center Orchestra" de Wynton Marsalis.
En 2005, en signe de reconnaissance pour son enfant le plus célèbre, sa ville natale de Conyers en Géorgie a décrété que le 22 août serait désormais le "Marcus Printup Day".

"The beautiful sounds of Trumpet and harp have a purity that sets them apart". Mark Gardner

http://www.rizaprintup.com/                                 https://www.marcusprintup.net/

              

Une histoire de Jazz

Django REINHARDT & Bella BAUMGARTNER


2 novembre 1928, Le jour où tout a basculé.

Dans la roulotte familiale, Bella, la femme de Django, avait fabriqué des fleurs en celluloïd, destinées à être vendues au cimetière le lendemain matin. Dans la nuit, Django allume une bougie et elle enflamme les fleurs puis la roulotte elle-même. Bella parvient à s'échapper mais Django est gravement brûlé, en particulier à sa main gauche qui est atrophiée.
Il perd l'usage de deux doigts. Hospitalisé pendant 18 mois, il rééduque sa main gauche avec la guitare que lui a offert son frère Joseph. Il parvient à développer une incroyable technique de jeu à deux doigts qui fera de lui l'un des plus grands guitaristes de l'histoire du Jazz.

Un morceau, une histoire

Bruno MARTINO / Estate


En 1960, le pianiste et chanteur Romain Bruno Martino compose "Odio l'Estate" (je déteste l'été), l'une des rares chansons Italienne devenue un standard de Jazz sous le titre d'Estate.
L'année précédente, Joao Gilberto avait publié l'album "Chega De Saudade", véritable acte de naissance de la Bossa Nova.

C'est la version de ce même Joao Gilberto qui fera d'Estate, un succès international. Nombreux sont d'ailleurs ceux qui pensent encore aujourd'hui qu'il s'agit d'une chanson Brésilienne. D'ailleurs, la mélodie rappelle un peu celle de "Wave" de Jobim. "O'Mito" avait découvert la chanson en 1961, lors d'une tournée en Italie.
Claude Nougaro en a donné plusieurs versions sous le titre de "Un été", écrivant lui-même, en magicien des mots, le texte en Français.

Quelques autres belles interprétations : Toots Thielemans "Only Trust Your Heart" (1988), Helen Merrill "In Italy" (1991), Barney Wilen "Passione" (1995), Eliane Elias "Bossa Nova Stories" (2008).
 

              

Merci à Laurent Valero et à son émission "Repassez-moi l'standard" (Chaque dimanche soir à 19 heures, sur  France Musique) qui m'a fait redécouvrir cette chanson.

https://www.francemusique.fr/emissions/repassez-moi-l-standard

              

              

Mélodies Estivales - La chronique de Philippe VINCENT

Avec cette fichue épidémie, le printemps fut maigre en nouveautés, la plupart des sorties étant reportées à la rentrée faute de magasins ouverts. Mais certaines devancent l’appel et l’été, d’habitude la saison des festivals plus que celles des nouvelles publications, nous fait découvrir quelques jolies choses à mettre sur notre platine.

Retrouvons d’abord  Claire Martin dont nous avons parlé ici à plusieurs reprises tant il nous semble dommage qu’un tel talent soit si méconnu en France. Adulée dans son Angleterre natale où elle a reçu de nombreux prix, reconnue par ses pairs comme l’une des meilleures chanteuses de ce côté de l’Atlantique, elle a enregistré, en 30 ans de carrière, une vingtaine de disques, principalement sur le label écossais Linn Records. Nous nous étions fait l’écho de son magnifique « Believin’ it » où elle était accompagnée par un trio scandinave qui lui allait comme un gant. En compagnie du guitariste Jim Mullen, elle avait ensuite rendu un bel hommage à Wes Montgomery, inaugurant sa collaboration avec le label danois Stunt sur lequel parait aujourd’hui son nouvel album "Songs and Stories" (Stunt Records/UVM) qu’elle cosigne avec Callum Au, tromboniste et arrangeur britannique lui aussi et dont la référence à Quincy Jones n’est pas usurpée. Pour une chanteuse qui vint au jazz à l’adolescence avec les différents song books d’Ella Fitzgerald, inutile de dire que se produire avec un un big  band plus un orchestre symphonique (total 82 musiciens ! ) est un rêve que peu de vocalistes peuvent transformer en réalité. Le résultat est à la hauteur de l’ambition, les superbes qualités vocales de Claire Martin étant magnifiquement mises en valeur par un tel ensemble où  brillent d’excellents solistes au milieu d’arrangements somptueux. Si le classicisme du projet n’attirera sans doute pas les intégristes de la dissonance, il comblera, n’en doutons pas, les amateurs du genre.

              

A L’opposé de cette luxuriance orchestrale, « La Musique d’Alan » (Vision Fugitive / L’Autre Distribution) est un projet beaucoup plus intimiste. Cosigné par un orchestre franco-américain de haut vol réunissant Bill Carrothers et Stephan Oliva (piano),  Peg Carrothers  (voix), Jean-Marc Foltz (clarinettes), Philippe Mouratoglou (guitare) et  Matt Turner (violoncelle), le propos est de mettre en musique la vie d’Alan Cope, soldat américain débarqué en Normandie en 1945 à l’âge de 20 ans et qui resta en France pour y faire sa vie. Cette histoire nous est contée dans deux volumes écrits et dessinés par Emmanuel Guibert, Grand Prix du Festival de BD d’Angoulême 2020, et le producteur Philippe Ghielmetti (qui confie à Guibert depuis des années l’illustration des livrets des CD qu’il produit) eut l’idée de joindre la musique à l’image. Survolant une formation orchestrale originale, la voix éthérée de Peg Carrothers baigne dans une atmosphère presque recueillie sur des morceaux composés par chacun des musiciens, piliers du label. Parmi eux, le Twice  Round the Block de Bill Carrothers nous fait penser à certains des thèmes qu’il fit en 2003 pour son magnifique album « Armistice 1918 » et déjà produit à l’époque par Ghielmetti pour son label Sketch. D’une guerre à l’autre … Et, encore une fois, un splendide livret d’une trentaine de pages avec des dessins d’Emmanuel Guibert que vous ne verrez pas en streaming !


Enfin, ne résistons pas à l’envie de rendre hommage à un pianiste de l’ombre, l’un de ceux qui passèrent leur vie à tisser une belle toile harmonique derrière les meilleurs solistes. Harold Mabern  enregistra avec George Coleman, Wes Montgomery, Roland Kirk, Freddie Hubbard, Lee Morgan  et bien d’autres et il trouva le temps de faire plus d’une vingtaine d’albums sous son nom, la plupart restés assez peu connus. Avant de disparaitre l’an dernier à l’âge de 85 ans, il jouait encore en public et ce « Mabern Plays Mabern » (Smoke Sessions Records/UVM) fut pris sur le vif au fameux Smoke Jazz Club de New-York. Le pianiste y est à la tête d’un sextet de  premier ordre où trois souffleurs ont leur mot à dire, Vincent Herring et Eric Alexander (saxophones) et Steve Davis (trombone). Malgré le titre, le répertoire n’est pas constitué que de titres de Mabern mais il est d’une homogénéité remarquable, dans le plus pur style post-hard bop aux accents modaux, nous rappelant parfois certaines séances Blue Note (Rakin’ and Scrapin’). On a droit aussi à un superbe Lover Man et, d’un bout à l’autre du disque et comme on dit parfois entre jazzfans, “ça joue terrible”. Quel groove !

              

Philippe Vincent



Directeur de la Société OMD (1983 - 1996) spécialisée dans la distribution de labels Jazz (Enja, Timeless, Muse, Sunnyside, GRP, etc), créateur du label IDA Records (1984 - 1998) qui enregistra Barney Wilen, Louis Sclavis, Laurent De Wilde, Enrico Pierannunzi et bien d'autres, Philippe Vincent est membre de l'Académie du Jazz et collaborateur régulier de Jazz Magazine depuis 2008.

Bad News

Eddie GALE (15/08/1941 - 10/07/2020)


Le trompettiste Eddie Gale, originaire de Brooklyn, est décédé le 10 juillet à l'âge de 78 ans. Formé par Kenny Dorham, Il publie dans les années soixante, deux albums avant-gardistes, "Ghetto Music" et "Black Rythm Happening". Mais il est principalement connu pour pour son travail au sein du Sun Ra Arkestra et sa collaboration avec Cecil Taylor.

"Playing with Sun Ra is a great experience, from the known to the unknown. You play ideas on your instrument that you never imagine. His music provoked me to explore the use of trills, for instance, and the placement of whole tones and then a space chord –ideas you do not find in the exercise books". Eddie Gale

Annie ROSS (25/08/1930 - 21/07/2020)

Annie Ross est née le 25 juillet 1930 à Londres. A l'âge de 4 ans, sa famille émigre vers les Etats-Unis et débarque à Ellis Island, comme des millions d'autres Européens. A l'époque, ses parents ont l'ambition d'en faire "The Scottish Shirley Temple".
Sa carrière démarre vraiment en 1952 lorsque Prestige Records lui demande d'écrire des textes dans le style "Vocalese". Pour commencer, elle choisit "Twisted", la composition du saxophoniste Wardell Gray et ses paroles reprennent le phasé du chorus de Wardell.
En 1957, elle rencontre Dave Lambert et Jon Hendricks et l'année suivante, le trio publie l'album fondateur du Jazz vocal moderne "Sing A Song Of Basie".
Les trois vocalistes imitent les instruments du Big Band. Annie Ross, la trompette et le piano, John Hendricks & Dave Lambert, le saxophone, le trombone et la section Rythmique.
Le trio a inspiré d'autres artistes commes les Blue Stars de Paris, les Doubles Six ou encore, Manhattan Transfer.
Annie Ross est décédée le 21 juillet à New York, elle allait avoir 90 ans.

"Hip doesn’t get any hipper, cool doesn’t get any cooler, and jazz vocals don’t get any more swinging".
Will Friedwald about Lambert, Hendricks & Ross.

Pour en savoir plus au sujet d'Annis Ross, je vous conseille l'excellent article paru dans le Washington Post.

https://www.google.fr/amp/s/www.washingtonpost.com/local/obituaries/annie-ross-mainstay-of-the-greatest-jazz-vocal-group-that-ever-was-dies-at-89/2020/07/21/0e75a2a4-cbbe-11ea-bc6a-6841b28d9093_story.html%3foutputType=amp

       

Vu sur le Net

Tableaux vivants du Caravage sur le Requiem de Mozart

Dans un style plus "Trash", je ne résiste pas au plaisir de vous proposer, à nouveau, la vidéo géniale de "Hold Your Horses" que j'avais déjà postée en avril 2016.

Retrouvez ci-dessous les tableaux originaux

https://www.youtube.com/watch?v=x2UbD4ol44k

Une oeuvre à découvrir ou à redécouvrir

Jan VAN EYCK /  Les époux Arnolfini

Jan Van Eyck est un peintre Néerlandais né vers 1390, probalement à Maaseik, et mort à Bruges en 1441.
C'est avec Jérôme Bosch et Pieter Brueghel l'Ancien, l'un des représentants majeurs des primitifs Flamands. Il est célèbre pour ses portraits d'un naturalisme minutieux, en particulier celui des époux Arnolfini, une peinture à l'huile sur bois de chêne (82,2 X 60 cm) qui date de 1434. Il représente Giovanni Arnolfini, un riche marchand Toscan établi à Bruges et son épouse Giovanna. C'est tout au moins la version officielle car certains spécialistes pensent qu'il s'agirait en fait d'un autoportrait de Van Eyck et de sa femme. Mystère donc !
Ce tableau fourmille de symboles. Le lustre qui porte des bougies allumées, symbole nuptial
, le petit chien symbole de fidélité conjugale, le coffre en bois avec trois oranges, symbole du paradis. Et puis, il y a le miroir. Situé au milieu du tableau, il est entouré de 10 petits médaillons et on y voir le reflet, de dos,  des époux Arnolfini et le peintre lui-même.

Ce tableau est exposé depuis 1842 à la National Gallery de Londres.

L'artiste Colombien Fernando Botero dont le style se caractérise par des personnages aux formes rondes et voluptueuses, voue une réelle admiration pour Jan Van Eyck. C'est donc dans son style si particulier qu'il a peint sa vision des "époux Arnolfini". Il en existe plusieurs versions, en voici une. ce tableau a été vendu en 2012 par la maison Christie's, à New York, pour 842 500 dollars !

"Prendre pour modèle une peinture d'un autre peintre, ce que je fais souvent, c'est se mesurer à la puissance picturale d'une œuvre. Si la position esthétique que l'on a est absolument originale par rapport à celle à laquelle on se confronte, l'œuvre que l'on fait est elle-même originale". Fernando Botero

Les albums photos en ligne sur Adobe Spark

Une photo, une histoire - Souvenirs du monde

Chaque mois où presque, je publie une photo sur ce Blog, dans la rubrique "Une photo, une histoire".
J'en ai rassemblé quelques-unes (et d'autres) sur "Adobe Spark".
Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

Photos et histoires de New York - Souvenirs de "Big Apple"

"Photos et histoires de New York", un 2e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/kYq4mBZWIMkaZ/

Souvenirs de Florence - La ville où l'Art est Roi

"Souvenirs de Florence" un 3e album photos est en ligne sur "Adobe Spark" à partir du lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/OO4sTcaYF54lT/

Wild Wild West - Montana / Wyoming

"Wild Wild West - Montana Wyoming",
un 4e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/s3jlGRV26p3Hi/

Alaska - The Last Frontier

"Alaska - The Last Frontier",
un 5e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/mPQDKNV8IkkRk/

Fleurs du Monde

"Fleurs du Monde",
Le 6e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/SlSWDkktyzzRu/

Le Jardin des Tarots de Niki De Saint Phalle

 

https://spark.adobe.com/page/VU8NPXoBLsVhJ/

Musicians

https://spark.adobe.com/page/Q2rMBAC7CFBdm/

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez le Blog de Jazznicknames sur Twitter

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Vieille Brioude - "Trumpet Player" - 11 juillet 2015

"I don't have a definition of Jazz. You're just supposed to know it when you hear it". Thelonious Monk

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Retour à l'accueil