Le morceau du mois

Lynne ARRIALE / Lean On Me

Disques

Jazz At Berlin Philharmonic XIII "Celebrating Mingus 100"


En 1944, le célèbre producteur Américain Norman Granz crée une série de concerts intitulés "Jazz At The Philarmonic" (JATP). L'objectif de Granz est de faire sortir le Jazz des clubs pour lui donner une audience plus large et plus populaire. L'idée est reprise en 2012 par Siggi Loch, le fondateur du label ACT, avec ses concerts "Jazz At Berlin Philharmonic".
Le dernier opus de la série est consacré à Charles Mingus dont on a célébré le 100e anniversaire de la naissance le 22 avril dernier. Siggi Loch a réuni des artistes venus du monde entier, autour du saxophoniste Magnus Lindgren et du contrebassiste Georg Breinschmid. C'était un vrai challenge car la plupart de ces artistes n'avaient jamais joué ensemble. Ils ont scrupuleusement respecté l'esprit de Mingus dans leur interprétation de titres emblématiques du contrebassiste (Fables Of Faubus, Goodbye Pork Pie Hat, Better Git It In Your Soul...) pour un résultat véritablement très séduisant.
La sortie de cet album est l'occasion de rappeler l'exceptionnelle qualité des productions du label ACT qui a enregistré des artistes comme Esbjörn Svensson, Paolo Fresu, Yaron Herman, Nils Langren, Caecilie Norby, Emile Parisien, Vincent Peirani ou encore Youn Sun Nah.

"I'm trying to play the truth of what I am. The reason it's difficult is because I am changing all the time". Charles Mingus

Le prochain opus de Jazz At The Berlin Philharmonic "Sketches Of Miles" par le Theo Croker Quartet sortira le 26 août prochain et je vous le conseille d'ores et déjà.

              

https://www.actmusic.com/

Tchavolo SCHMITT / Miri Schtema

Moins médiatisé qu'un Bireli Lagrene ou un Stochelo Rosenberg, Tchavolo Schmitt est pourtant l'un des plus talentueux représentants de la galaxie du "Jazz Manouche". Non content d'être un formidable guitariste, c'est un personnage authentique, humble et chaleureux qui s'est fait malheureusement trop rare ces dernières années. Il marque son grand retour avec l'album "Miri Schtema" (Mon étoile). Dès les premières notes du morceau d'ouverture, "Seul ce soir", on retrouve le phrasé et la musicalité unique de Tchavolo. La technique est ici au service de la musique et non l'inverse.
Au programme, une seule composition originale et des reprises, pour certaines jouées et rejouées comme "Sheik Of Araby", mais qui retrouvent une nouvelle fraicheur. Il faut souligner la qualité de la section rythmique, Julien Cattiaux (guitare) et Edouard Pennes (contrebasse) ainsi que celle des invités, en particulier le clarinettiste César Poirier. Un seul regret, l'album ne dure qu'une trentaine de minutes, on en aurait bien aimé un peu plus !

La sortie de cet album est l'occasion de revoir "Swing", le merveilleux film de Tony Gatlif, dans lequel Tchavolo joue le rôle d'un professeur de guitare. 

              

Tchavolo Schmitt en 2002 à Lamazière-Basse (Corrèze)

Disques - Les sorties en bref



Dans la production récente, voici un album qui mérite le détour.


Charlotte Reinhardt / Colors

Charlotte Reinhardt est une artiste multiple. Par ses origines tout d'abord, puisqu'elle est Anglaise par son père, Gitane par sa mère et petite-nièce de Django. Par son parcours ensuite, de formation classique, elle a travaillé avec des chanteurs comme Patricia Petibon, Roberto Alagna ou Andrea Bocelli. "Colors" est son premier album, enregistré avec Eric-Maria Couturier (violoncelle), Edouard Coquard (basse), Franck Agulhon (batterie) et l'excellent guitariste Yannick Robert que l'on retrouve ici avec beaucoup de plaisir. Une musique tout en finesse et en sensibilité où se mèlent les influences de Ravel, Debussy, Brad Mehldau, Bill Evans...
 

       

​​​​The Blues Corner

Grant HAUA / Ora Blues At The Chapel


Le Blues est une musique universelle, l'album de Grant Haua en est une nouvelle preuve. Ce Maori, est originaire de Tauranga, une petite ville située à 200 Km au sud d'Auckland en Nouvelle-Zélande. Elevé dans une famille de mélomanes, Grant Haua a découvert le Blues et la Soul lorsqu'il était adolescent. Il a une longue carrière derrière lui mais sa notoriété s'était jusque-là limitée à la seule Nouvelle Zélande. Il s'est révélé au public Européen l'an dernier avec l'album "Awa Blues". Il revient avec ce "Ora Blues At The Chapel", enregistré le 27 février dernier en Live, devant un public d'invités, dans la petite chapelle de l'Historic Village de Tauranga. Il est accompagné par un trio piano / basse / batterie et par "la Diva du Blues Kiwi", Delaney Ututaonga. En treize titres, Il retrace pour notre plus grand plaisir, 15 années de sa belle carrière.

Excellent guitariste, adepte du Finger Picking, et chanteur dont la voix profonde évoque Otis Redding mais aussi Tom Jones, Grant Haua nous propose un Blues Rock viril, ce qui est somme toute logique au pays des All Blacks.

Grant Haua sera en concert cet été au Cognac Blues Passion et au Cahors Blues Festival.

https://www.bluespassions.com/    https://www.cahorsbluesfestival.com/   

       

​​Un morceau, une histoire

Bart HOWARD / Fly Me To The Moon (In Other Words)


"Fly Me To The Moon" est une chanson écrite en 1954 par Bart Howard.
La même année, elle est interprétée pour la première fois par Felicia Sanders au Blue Angel, un club de Manhattan sous le titre "
In Other Words". Quelques années plus tard, Peggy Lee la fait vraiment connaître en la chantant à la télévision dans le Ed Sullivan Show. Mais ce sont les versions inégalables de Frank Sinatra, accompagné par le grand orchestre de Count Basie (arrangements de Quincy Jones) qui en font un véritable standard. On les retrouve sur l'album "It Might As Well Be Spring" (1964) et sur le Live "At The Sands" (1966).
Pour l'anecdote, les astronautes des missions Apollo 10 et 11 avaient emportés dans l'espace la version studio de Sinatra qui a donc été jouée, en orbite en mai 1969 puis sur la lune, par Buzz Aldrin, en juillet de la même année. 

Outre Sinatra, quelques autres belles versions : Nat King Cole & George Shearing "Nat King Cole Sings / George Shearing Plays" (1962), Julie London "The End Of The World" (1963), Diana Krall "Live in Paris" (2002).
 

              

              

Le Jazz venu du Nord - La chronique de Philippe VINCENT

Depuis longtemps les pays scandinaves ont fait une place de choix au jazz dans leur univers musical. Dès les années cinquante ils ont accueilli, définitivement ou seulement pour quelque temps, de grands musiciens américains qui fuyaient la ségrégation raciale ou qui venaient simplement goûter à la douceur de vivre de sociétés moins difficiles pour la vie de musicien. La Suède et le Danemark furent particulièrement accueillants pour nombre d’entre eux parmi lesquels Dexter Gordon, Kenny Drew, Ben Webster, Duke Jordan ou Stan Getz. Cette “jazzophilie” des nordiques eut pour effet de convertir beaucoup de musiciens au jazz et quelques-uns d’entre eux, comme le contrebassiste Niels-Henning Orsted Pedersen, devinrent même des références mondiales sur leur instrument. De la même façon le Jazzus Montmartre (Copenhague) devint un club de renommée internationale  (beaucoup de disques live y furent enregistrés) et certains grands labels naquirent là-bas. Parmi eux, Storyville, Steeplechase et aujourd’hui Stunt ne sont pas les moindres. Puis, après l’ère bop, les années 70 virent éclore un style plus contemporain avec comme chef de file le saxophoniste Jan Garbarek, star internationale aujourd’hui. Depuis des années nous parlons ici de ces musiciens et le mois dernier Eddie Bernard s’est fait l’écho de “Jazz Out of Norway”, double CD montrant la richesse du jazz norvégien. Il était donc tentant de consacrer cette chronique à trois nouveautés venant du Nord.


Tobias Wiklund est un jeune musicien suédois de 35 ans dont nous avons déjà parlé à l’occasion de la sortie de son premier album. S’il joue de la trompette dans les big bands dont il est membre, c’est le cornet à pistons qu’il a choisi pour les petites formations auxquelles il participe. C’est l’un des rares musiciens de sa génération (avec l’américain Kirk Knuffke) à s’intéresser à cet instrument qui était utilisé aux débuts du jazz (entre autres par Louis Armstrong et Bix Beiderbecke) et dont le son moins brillant et plus rond que celui de la trompette semblait oublié de nos jours. Mais l’originalité de Wiklund vient aussi de sa  musique où il mélange les racines du jazz et des tendances plus modernes  pour arriver à un résultat aussi séduisant qu’abouti dans ce “Silver Needle” (Stunt Records/UVM). Une belle découverte à faire.

       


Le pianiste norvégien Espen Berg en est, avec “Fjaere” (Odin/Differ-ant), à son quatrième album en trio après que le précédent fut classé parmi les meilleures nouveautés de l’année 2019 par le célèbre magazine américain Downbeat. Dès le premier morceau qui veut évoquer un glacial paysage d’hiver nordique, on retrouve l’ambiance nostalgique et planante de ce “jazz venu du froid” comme on avait qualifié les premières productions que le label ECM avait consacrées aux musiciens scandinaves dans les années 70. Et la réverbération de la trompette de Mathias Eick ne fait qu’ajouter à notre impression. Mais la glace se rompt vite avec des tempos plus enlevés, particulièrement lorsque la saxophoniste Hanna Paulsberg, elle aussi invitée, se joint au trio. Saluons la qualité des compositions d’Espen Berg autant que son jeu de pianiste et laissons-nous immerger dans un album plein de douceur et de fraîcheur.

https://espenberg.no/
 

       


D’une autre génération (il a 70 ans alors qu’Espen Berg en a à peine 40), le pianiste Ketil Bjornstad est lui aussi norvégien. Avec “New Morning” (Grappa/Integral) voilà un disque (doublé d’un DVD) enregistré dans des conditions particulières. Pendant la période de confinement que la Norvège connut comme bien d’autres, le producteur Christer Falck a eu l’initiative d’organiser un festival en streaming et ce piano solo y fut enregistré dans une grande salle vide. L’artiste avait peur de faire un concert très introspectif mais c’est tout au plus une certaine forme de recueillement que l’on perçoit par moments à l’écoute de ses magnifiques mélodies magnifiées par un Steinway modèle D de grande classe au son aussi fin que puissant. Loin de son premier album avec Arild Andersen et Jon Christensen (1973), Ketil Bjornstad se révèle lui aussi comme un compositeur aussi inspiré que  pianiste accompli. Au lever, un matin brumeux, c’est un délice …

https://www.ketilbjornstad.com/
 

       

Philippe Vincent



Directeur de la Société OMD (1983 - 1996) spécialisée dans la distribution de labels Jazz
(Enja, Timeless, Muse, Sunnyside, GRP, etc), créateur du label IDA Records (1984 - 1998)
qui enregistra Barney Wilen, Louis Sclavis, Laurent De Wilde, Enrico Pierannunzi
et bien d'autres, Philippe Vincent est membre de l'Académie du Jazz et collaborateur
régulier de Jazz Magazine depuis 2008.

Festival


Vous ne connaissez peut-être pas Laroquebrou , un petit village de moins de mille habitants, situé à 25 Km à l'ouest d'Aurillac dans le Cantal. Et pourtant, chaque année se tient ici, au mois d'août, l'un des plus importants festivals de Boogie Woogie au monde. 

Pour cette 22e édition, les pointures du Boogie seront présentes à Laroquebrou. L'Américaine Caroline Dahl, les Allemands Axel Zwingenberger & Stefan Ulbricht ... et bien entendu, Jean-Paul Amouroux, originaire d'Aurillac, co-fondateur et directeur artistique du festival.

Même si le festival est centré autour du piano, on retrouvera, avec beaucoup de plaisir, Rhoda "The Barefoot Lady" Scott, la reine de l'orgue Hammond ainsi que la chanteuse Nicolle Rochelle. Alors, si vous avez prévu de passer vos vacances en Auvergne, faites un petit détour par Laroquebrou, vous ne le regretterez pas.

"Ici, çà joue partout, tout le temps, que ce soit en In ou en Off.
Chaque bar loue son piano et accueille des musiciens pour des concerts improvisés. On s'amuse, on danse, on parade
".

Retrouvez l'ensemble de la programmation ainsi que des infos pratiques sur le site du festival : 

https://www.boogie-laroquebrou.com/

       

       

Un artiste à découvrir ou à redécouvrir

Giuseppe ARCIMBOLDO (vers 1527 - 1593)

Giuseppe Arcimboldo est un peintre Italien du XVIe siècle, ce qui est tout à fait étonnant compte-tenu de l'extraordinaire modernité de son œuvre. Ses têtes composées, formées de fruits, de légumes ou de végétaux sont tout à fait singulières. "Vertumne" est considéré comme le chef-d'œuvre d'Arcimboldo et ont suscité à l'époque un intérêt considérable. On retrouve dans ce portrait, les quatre saisons de récolte des fruits et légumes. Le tableau est conservé au château de Skokloster en Suède.

"Vertumne" (Rodolphe II) - vers 1590

Une photo, une histoire

Colombie – Carthagène - Eglise San Pedro Clave - 11 décembre 2018

Carthagène des Indes, située sur la côte septentrionale de la Colombie a été fondée le 1er juin 1533 par le conquistador Pedro De Heredia. Le centre historique regorge de magnifiques monuments comme l'église San Pedro Claver bâtie par les Jésuites au XVIIe siècle.

Les albums photos en ligne sur Adobe Spark

Une photo, une histoire - Souvenirs du monde

"Une photo, une histoire" mon premier album photos en ligne sur "Adobe Spark". 
Vous pouvez l'ouvrir en cliquant sur le lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

Photos et histoires de New York - Souvenirs de "Big Apple"

"Photos et histoires de New York", un 2e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/kYq4mBZWIMkaZ/

Souvenirs de Florence - La ville où l'Art est Roi

"Souvenirs de Florence" un 3e album photos est en ligne sur "Adobe Spark" à partir du lien ci-dessous ou en scannant le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/OO4sTcaYF54lT/

Wild Wild West - Montana / Wyoming

"Wild Wild West - Montana Wyoming",
un 4e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/s3jlGRV26p3Hi/

Alaska - The Last Frontier

"Alaska - The Last Frontier",
un 5e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/mPQDKNV8IkkRk/

Fleurs du Monde

"Fleurs du Monde",
Le 6e album photos est en ligne sur "Adobe Spark"
à partir du lien ci-dessous ou en scannant
le QR Code avec votre smartphone

https://spark.adobe.com/page/SlSWDkktyzzRu/

Le Jardin des Tarots de Niki De Saint Phalle

 

https://spark.adobe.com/page/VU8NPXoBLsVhJ/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez le Blog de Jazznicknames sur Twitter

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

France  - Caen - Musée des Beaux Arts -  21 février 2019
Raoul Dufy "Kiosque et Voiliers" (Détail)

"I don't have a definition of Jazz. You're just supposed to know it when you hear it".
Thelonious Monk

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Retour à l'accueil