Disques

Marc JOHNSON - Eliane ELIAS / Swept Away

Marc-Johnson---Eliane-Elias.jpg

Connue par le public du Jazz comme chanteuse (excellente, d'ailleurs), la Brésilienne Eliane Elias est avant tout une pianiste exceptionnelle. De formation classique, elle a fait ses classes en se produisant, dès l'âge de 17 ans, avec des artistes comme Toquinho ou Vinicuis de Moraes avant de rejoindre Mickael Brecker et le groupe "Steps Ahead". Quant au contrebassiste Américain Marc Johnson, il a joué avec toutes les pointures du Jazz, en particulier Bill Evans qu'il a accompagné de 1978 jusqu'à sa mort. Ces deux là sont époux à la ville et ont souvent joué ensemble. Ils cosignent ce "Swept Away" en compagnie du Batteur Joey Baron et, sur certaines plages, du saxophoniste Tenor Joe Lovano. Le résultat : du Jazz tel qu'on l'aime, créatif et plein de swing. le couple signe toutes les magnifiques compositions du disque avec en bonus "Shenandoah", une vieille chanson traditionnelle Américaine dont on connait, par ailleurs, la sublime version de Youn Sun Nah.

Baptiste HERBIN / Brother Stoon

Baptiste-Herbin.jpg

 

Merci à Michel, amateur de Jazz éclairé et fidèle lecteur de ces pages, qui m'a signalé le premier album de ce jeune musicien Français. Baptiste Herbin, aussi à l'aise à l'Alto qu'au Soprano, nous propose une musique empreinte à la fois de Bop et de Blues. On pense, bien sûr à Charlie Parker, à Cannonball Adderley et à Jean Toussaint à qui il dédie un titre "Blues For Jean". A ses côtés, Pierre de Bethmann (Piano), Sylvain Romano (Contrebasse) et André Ceccarelli (Drums).

Un disque plein de promesses !

Eric REED / Something Beautiful

 

Eric-Reed.jpg

Si vous aimez les pianistes au jeu fluide et plein de feeling, alors, ne passez pas à côté d'Eric Reed. Après des débuts comme sideman de Wynton Marsalis, il a déja publié une vingtaine d'albums sous son nom et celui-ci est particulièrement réussi. A ses côté, le contrebassiste Reuben Rodgers (groove et gros son) et le batteur Rodney Green au jeu très subtil. Deux morceaux émergent tout particulièrement, "How Deep The Ocean" dans un style qui rappelle celui de Kenny Drew et "Honesty", la chanson de Billy Joel, traitée à la manière de "Round About Midnight".

Une photo, une histoire

21 mai 2009 - New York - The Cloisters

Situés au nord de l'île de Manhattan, les "Cloisters" rassemblent des élements de cinq cloîtres médiévaux Français : Saint Michel de Cuxa, Saint Guilhem le Désert, Bonnefont en Comminges, Trie en Bigorre et Froville. Provenant de ces monastères vendus comme biens nationaux pendant la révolution, ils ont été acquis par le sculpteur Américain George Grey Barnard. Ils ont été reconstruits, pierre par pierre, et exposés dans un premier temps dans un bâtiment en briques sur Fort Washington Avenue. Grâce à la générosité de John D Rockfeller, la collection a été achetée par le Metropolitan Museum en 1925. Outre les cloîtres, le site abrite un musée contenant des oeuvres remarquables datant du XIIe au XVe siècle. Un site méconnu et pourtant à ne pas manquer lors d'un séjour à New York.

A méditer

Pour justement détester la musique moderne, il faut la connaître. Ainsi, on pourra la détester plus intelligemment. Ou bien, sait-on jamais, l'apprécier.

Leonard Bernstein

Retour à l'accueil