A la une - Livre Numérique

Nicolas RABEL / Joe MAINI

Voici le 2e volume de la "JazzApp Collection" proposé par Nicolas Rabel, toujours sous la forme d'un livre numérique (Voir la Newsletter de Janvier 2014).

http://jazznicknames.over-blog.com/2013/12/les-news-2014-janvier.html)

Après Don Sleet, celui-ci est consacré Joe Maini, saxophoniste alto disciple de Charlie Parker (mais aussi tenor, flute et clarinette). Né en 1930, Joe Maini fait partie de ces jeunes "Boppers" qui se produisent dans différentes formations New Yorkaises. Il y cotoie Charlie Parker, pour des raisons musicales certes, mais aussi parce qu'il est toxicomane et pourvoyeur de drogue. Au milieu des années cinquante, il part pour la Californie pour essayer de changer de vie. Il devient alors un sideman très recherché, pour son jeu bien entendu, mais aussi pour sa capacité à s'adapter à toutes les formations "West Coast" avec lesquelles il se produit. Malheureusement, Joe Maini n'a jamais enregistré d'album sous son propre nom. Voici donc quelques disques sur lesquels on peut l'entendre :

- Clifford Brown All Stars "Best Coast Jazz" (1954)

- Red Mitchell "Presenting Red" (1955)

- Kenny Drew Quartet "Talkin' And Walkin" (1955)

- Shelly Manne And His Men "West Coast Sound - Volume 1" (1955)

- Jane Fielding & The Kenny Drew Quintet "Embers Glow" (1956)

- Anita O'Day "Trav'lin'light" (1960)

- Frank Sinatra "Sinatra And The Swingin Brass" (1962)

- Nancy Wilson With The Gerald Wilson Orchestra "Yesterdays Love Songs - Todays Blues" (1963)

On trouve également un quadruple album, sorti en 2008 "The Small Group Recordings". Il s'agit d'une compilation d'enregistrements réalisés par Maini avec différentes formations.

Le 8 mai 1964, il décède à l'âge de 34 ans, d'un coup de feu en portant un pistolet à sa tempe. Selon certains, il pensait que l'arme n'était pas chargée. Pour d'autres, il jouait à la roulette Russe.

Vous en apprendrez évidemment beaucoup plus dans le livre numérique de Nicolas Rabel dont je ne puis que vous recommander l'acquisition. Vous pouvez le télécharger sur les plateformes Apple, Windows ou Android pour la modique somme de 8,99 € ou le consulter en streaming (7,90 €) sur le site :

http://www.ideo-libris.com/

News

Dans les News de septembre, je vous parlais de la sortie le 13 octobre de "Wallflower", le nouvel album de Diana KRALL. La pianiste et chanteuse Canadienne a annoncé qu'elle souffrait d'une sévère pneumonie. En conséquence, la sortie du disque est reportée à février 2015 et la tournée Américaine automnale est pour l'instant annulée.

Ceci étant, j'ai eu l'occasion d'entendre un premier extrait de "Wallflower", la reprise de "California Dreamin" des Mamas & Papas et j'avoue ne pas avoir été du tout convaincu par cette version trop fade et trop sirupeuse, à mon goût. A vous de vous faire votre propre avis et surtout, réécoutez la version originale et celle, très Soul, de Bobby Womack.

Mel TORME / At The Crescendo

Les lecteurs réguliers de ces pages auront compris que j'apprécie tout particulièrement Mel Torme, chanteur exceptionnel mais malheureusement un peu tombé dans l'oubli. Comme l'a écrit Steve Leggett "Il pourrait chanter la liste des courses et la faire swinger comme personne". Cet album qui rassemble deux concerts donnés par Mel Torme au "Crescendo" l'un des plus célèbres clubs d'Hollywood, dans les années cinquante, est une véritable pépite. Le premier a été enregistré le 15 décembre 1954 avec le trio d'Al Pellegrini. A cette époque, Mel Torme se produit chaque soir au Crescendo et les stars se pressent pour l'écouter (Franck Sinatra, Judy Garland, Tony Curtis, Marylin Monroe, Sammy Davis Junior, convalescent après l'accident de voiture dans lequel il venait de perdre un oeil). Le second (et mon préféré) date du 22 février 1957. Mel Torme est accompagné par le Quintet de Marty Paich. Les deux artistes avaient déja enregistré ensemble, en 1956, l'indispensable "Mel Torme And The Marty Paich Dek-Tette". Mais c'est sur la scène que "The Velvet Fog"exprime véritablement tout son talent de "Swinger élégant" et d'entertainer hors pair. On peut trouver ce disque sur Internet. 

Jacques Cernes - Sammy Davis Jr - Marylin Monroe - Milton Greene - Mel Torme (1954)

Parmi les musiciens qui ont enregistré, en Live au Crescendo, on peut citer :

- Art Tatum (Live At The Crescendo) en 1950

- Louis Armstrong (Satchmo Live At The Crescendo) le 21 janvier 1955

- Count Basie (Count on The Coast) du 24 juin au 3 juillet 1958

- Ella Fitzgerald (Ella In Hollywood ) du 11 au 21 mi 1961.

Et puis, tant qu'à faire, écoutez aussi le "Live At The Maisonette", enregistré par Mel Torme en 1975 avec l'orchestre d'Al Porcino. On y trouve un superbe "George Gershwin Medley" de plus de quinze minutes.

A découvrir

Gordon GOODWIN'S BIG Phat BAND

Le Big Phat Band a été fondé en 2000 par le pianiste et saxophoniste Gordon Goodwin. L'orchestre qui comprend 18 musiciens est basé en Califormie et s'inscrit dans la lignée des Big Band de Tommy Dorsey et Benny Goodman. Goodwin est un excellent arrangeur ce qui donne un vrai son à l'ensemble. Il fait par ailleurs appel à des invités prestigieux comme Dianne Reeves, Take 6, Mickael Brecker, Chick Corea ou Marcus Miller. L'album "XXL", paru en 2003 et le dernier enregistrement de l'orchestre "Life In The Bubble" sorti cette année sont mes préférés. Gordon Goodwin se produit également avec une formation réduite de 7 musiciens, le Little Phat Band.

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

Eric BIBB / Diamond Days

Eric Bibb est né à New York dans une famille de musiciens. Son père, Leon, était un chanteur Folk et son oncle n'était autre que John Lewis, le pianiste du Modern Jazz Quartet. Pete Seeger, Odetta et Bob Dylan faisait partie des amis de la famile et c'est donc tout naturellement que le jeune Eric s'est tourné dans un premier temps vers la Folk Music. A 19 ans, il part pour l'Europe où il rencontre le guitariste Mickey Baker et réalise alors que sa vraie passion, c'est le Blues. A ce jour, il a enregistré plus d'une vingtaine d'albums dont cet excellent "Diamond Days", en 2007. Dans un style qui n'est pas sans rappeler Taj Mahal, Eric Bibb excelle à la guitare et chante avec beaucoup de sensibilité des chansons du "Deep South" et des reprises choisies avec soin. A écouter également, l'album "Booker's Guitar" dans lequel il rend hommage au Bluesman du Delta, Booker T. Washington White dit "Bukka White".

Vu sur le Net

Marian MCPARTLAND / In The Days Of Our Love

Certes l'image n'est pas très bonne, le son non plus, mais quelle émotion de voir Marian McPartland jouer "In The Days Of Our Love".

Voir le lien en bas de page

Un morceau, une histoire

George GERSHWIN / They Can't Take That Away From Me

"They Can't Take That Away From Me" est une chanson composée en 1937 par George & Ira Gershwin, pour le film "Shall We Dance"(L'entreprenant Monsieur Petrov). Dans le film, Fred Astaire la chante à Ginger Rogers sur le quai du Ferry qui relie le New Jersey à Manhattan. C'est une chanson sur la tristesse de la séparation mais aussi, sur le réconfort des souvenirs qui eux, resteront gravés. On voit également Fred Astaire et Ginger Rogers danser sur cette musique, dans le dernier film qu'ils ont tourné ensemble, en 1949, "The Barkleys Of Broadway" (Entrons dans la danse).

There are many, many crazy things
That will keep me loving you,
And with your permission
May I list a few?
The way you wear your hat.
The way you sip your tea.
The memory of all that -
No, no - they can't take that away from me...

Quelques versions que je vous suggère d'écouter :

- Franck Sinatra (Songs For Young Lovers - 1954)

- Mel Torme (Mel Torme Sings Fred Astaire - 1956)

- Ella Fitzgerald & Louis Armstrong (Ella & Louis - 1957)

- Anita O Day (Anita Sings The Most - 1957)

- Tuck And Patti (Love Warriors - 1989)

- Joe Pass (Meditation - 1992)

- John Pizzarelli (After Hours - 1996)

- Stacey Kent (Let Yourself Go - 1999)

- Eliane Elias (Bossa Nova Stories - 2009)

Ma préférée, celle de Sarah Vaughan sur l'album "Swingin' Easy" (1957)

Une photo, une histoire

Cody - Wyoming - 08 septembre 2014

La petite ville de Cody (9 500 habitants) a été fondée en 1895 par William Frederik Cody, alias Buffalo Bill. Parmi les curiosités de la ville, l'Irma Hotel et son célèbre bar en merisier, offert à William Cody par la reine Victoria. On ne peut pas passer par Cody sans visiter le passionnant "Buffalo Bill Center Of The West". Ce beau musée est divisé en cinq sections (les armes à feu - les indiens des plaines - la faune et la flore - les peintres Américains - la famille Cody). Dans la première section, parmi les milliers d'armes exposées, le colt utilisé par l'acteur Michael Landon dans la série "Bonanza" dont les plus anciens lecteurs de ces pages se souviennent certainement et puis surtout, ce Colt modèle 1873, porté par Gary Cooper dans le mythique "High Noon" (Le Train Sifflera Trois Fois).

Featuring Take 6

Harlem - Metro Station 125 th Street - 24 Août 2013

Harlem - Metro Station 125 th Street - 24 Août 2013

Retour à l'accueil