Le morceau du mois

Blind Willie MCTELL / Cold Winter Day

Disques

Yonathan AVISHAI / The Parade

Si le Crowfunding n'existait pas, il faudrait l'inventer ! C'est une nouvelle fois grâce au financement participatif que ce superbe album a pu voir le jour. "The Parade" est le second volet du projet "Modern Times" du pianiste Franco-Israélien Yonathan Avishai. C'est à la tête d'un Quintet de premier ordre, Yoni Zelnik (contrebasse), Donald Kontomanou (drums), César Poirier (saxes & clarinette) et Inor Sotolongo (percussions) qu'il nous raconte des histoires musicales aux couleurs métissées. Tout cela sous les auspices d'un swing très inspiré. Cette musique est comme la grande cuisine, il ne suffit pas de disposer des meilleurs ingrédients, encore faut-il qu'il soient sublimés par un grand chef. C'est bien le cas ici.

Un disque à ne surtout pas rater !

Puisque l'on parle de Crowfunding, voici encore un beau projet à soutenir, "Spoonful", l'album du Gil Evans Paris Workshop dirigé par Laurent Cugny. Ce "All Stars" regroupe la nouvelle génération des Jazzmen Français autour de l'expérimenté pianiste Laurent Cugny. Les 16 musiciens font revivre les partitions de Gil Evans mais interprètent également de nouvelles compositions signées Laurent Cugny. Pour vous faire une idée et, pourquoi pas, contribuer au financement de cet album qui s'annonce magnifique, rendez-vous sur le site "Kiss Kiss Bank Bank", à l'adresse suivante :

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/gil-evans-paris-workshop-laurent-cugny-spoonful

JAZZ Loves DISNEY

 

Ce disque a été réalisé à l'occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Walt Disney. Quelques-unes des plus célèbres chansons des films de Disney sont reprises par des artistes de Jazz. Un disque certes un peu inégal avec quelques choix surprenant parmi les interprètes mais qui recèle quelques versions de choix, en particulier avec Jamie Cullum "Ev'rybody Wants To Be A Cat" (Les Aristochats), Melody Gardot "He's A Tramp" (La Belle et le Clochard), Stacey Kent "Bibbidi Bibbidi Boo" (Cendrillon) et Gregory Porter "When You Wish Upon A Star" (Pinocchio).

Un morceau, une histoire

Victor SCHERTZINGER / Tangerine

 

"Tangerine" a été composé en 1941 par Victor Schertzinger (Lyrics de Johnny Mercer) pour son film "The Fleet's In" (L'escadre est au port) sorti l'année suivante. Il s'agit du dernier film réalisé par Schertzinger, dans lequel on peut également entendre son autre standard "I Remember You". Dans le film, le morceau est chanté par Bob Eberly & Helen O'Connell, accompagnés par l'orchestre de Tommy Dorsey.

"I Don't Know Why I Called It Tangerine, Except That It Had A King Of Latin Flavor".
Johnny Mercer
                                              Quatre belles versions

Dave Brubeck Quartet "Live In Copenhagen" (1958)               Chet Baker "She Was Too Good To Me" (1974)

       

José James "Yesterday I Had The Blues" (2015)                      Stacey Kent "Tenderly" (2015)

       

Un disque à découvrir ou redécouvrir

Herb ELLIS / Ellis In Wonderland

"Ellis In Wonderland" (1956) est le premier enregistrement, en tant que leader, du guitariste Texan Herb Ellis (1921 - 2010). Il est entouré de Jimmy Giuffre & Charlie Mariano (Saxophones), Oscar Peterson (piano), Ray Brown (basse) et Alvin Stoller (batterie). Né en 1921, il avait débuté sa carrière dans l'orchestre de Glen Gray puis celui de Jimmy Dorsey. A noter que les années 20 ont vu naître quelques-uns des plus grands guitaristes de l'histoire du Jazz. Tal Farlow (1921), Barney Kessel & Wes Montgomery (1923), Charlie Byrd (1925), Jimmy Raney & René Thomas (1927), Joe Pass (1929). Issu d'un milieu modeste et rural, Herb Ellis était foncièrement un Bluesman avant d'être un Jazzman, comme il le disait lui-même. De sa longue carrière, on retiendra sa participation au trio d'Oscar Peterson et aux tournées du Jazz At The Philarmonic de Norman Granz. En 1973, il avait fondé "Great Guitars", un trio avec ses pairs Charlie Byrd et Barney Kessel.

"Une des erreurs que font les guitaristes, c’est de toujours courir après la guitare de leurs rêves alors que ce qu’ils cherchent en réalité, c’est une bonne façon d’en jouer".
Herb Ellis

       

Académie du Jazz

La vénérable institution a décerné ses prix 2016 lors de la soirée qui s'est déroulée le 22 janvier, au "Pan Piper" à Paris. Parmi les lauréats, le pianiste Fred Nardin (Prix Django Reinhardt), le trompettiste Avishai Cohen (Grand prix pour "Into The Silence"), la chanteuse Michele Hendricks (Prix du Jazz vocal pour "A Little Bit Of Ella") et le pianiste Laurent Courthaliac (Prix du disque Français pour "All My Life").

Une chanson à découvrir ou à redécouvrir - Phoebe SNOW / Poetry Man

Elle est aujourd'hui un peu tombée dans l'oubli mais Phoebe Snow (1950 - 2011) était une des grandes "Songwriter" de la musique populaire Américaine. Elle excellait dans tous les styles (Pop, Folk, Blues, Jazz, Soul, Gospel). Elle possédait une belle voix de Contralto aux accents Bluesy qui s'étendait sur quatre octaves. Elle a en particulier composé "Poetry Man" une chanson emblématique des années 70. Certains ont dit que ce morceau était dédié à Jackson Browne, d'autres à Paul Simon mais Phoebe n'a jamais confirmé.

C'était également une excellente guitariste, elle disait d'ailleurs "I Wanted To Be The Greatest Woman Guitarist Alive. I Had Fantasies About Being A Female Jimi Hendrix".

Bad News

Pierre BAROUH (1934 - 2016)

C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le décès de Pierre Barouh, le 28 décembre dernier, à l'âge de 82 ans.

Au début des années soixante, c'est alors un jeune artiste de Saint Germain des Près. Il se rend au Brésil et tombe amoureux de la Bossa Nova. Il se lie d'amitié avec le guitariste Baden Powell et travaille avec lui à l'adaptation Française de chansons Brésiliennes, en particulier "Samba Da Bençao" de Vinicius De Moraes et Baden Powell, qui devient "Samba Saravah". Il la fait entendre à Claude Lelouch qui décide aussitôt de l'intégrer dans son film "Un homme et une femme".

Pierre Barouh qui joue dans le film en a par ailleurs écrit la chanson titre. C'est grâce à ce succès et à celui d'une autre de ses chansons "la bicyclette", popularisée par Yves Montand, qu'il fonde sa maison de disques "Saravah" (ce terme d'origine Africaine signifie hommage). Pierre Barouh permet ainsi à des gens aussi différents que Pierre Louki ou Jean-Roger Caussimont d'enregistrer. Il révèle aussi des talents naissants, Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Areski Belkacem, David Mc Neil, et plus récemment, Françoise Kucheida et Bia.

En 1969, il réalise en trois jours "Saravah", un film documentaire qui reste, à ce jour, le témoignage le plus authentique sur la Bossa Nova.

 

Pour caractériser son label "Saravah", il avait choisi cette phrase de Jean Cocteau, "Ou l'on soigne trop sa besogne, ou l'on ne la soigne pas assez. Rarement, on trouve l'entre-deux qui boite avec grâce".

Je garde le souvenir d'une merveilleuse soirée passée dans un cabaret, il y a quelques années, à écouter Pierre Barouh chanter des chansons et raconter des histoires. A la fin du spectacle, nous avions longuement discuté en particulier de son documentaire sur la Bossa Nova. A l'époque, il était introuvable en France mais venait d'être réédité en DVD au Japon où Pierre Barouh jouissait d'une vraie notoriété. Il en avait un exemplaire avec lui et preuve de son extrême gentillesse, il m'avait dit d'un air géné "je te l'aurais bien donné mais je n'en ai pas d'autre". Alors, nous l'avions regardé ensemble.

Eternel dilettante et génial autodidacte, il disait "Je passe ma vie comme une gomme". Cette fois, elle a tout effacé mais il reste les chansons, Saravah !

http://www.saravah.fr/

Ce n'est pas du Jazz, mais ...

Une artiste à découvrir - Rhonda VINCENT

La musique "Country" est méconnue voire mésestimée en France. Elle est pourtant une composante majeure de la musique populaire Américaine. Elle est née au 18e siècle dans les Appalaches, sous l'influence des immigrants Anglais et Irlandais. Il s'agit en réalité d'une musique multiple qui a vu se développer de nombreux courants. La "Old Time Music", le "Blue Grass", le "Western Swing", le style "Cajun", le "Rockabilly", le "Honky Tonk", le "Country Rock" et le "Country And Western". Parmi les grands noms de la Country, on peut citer la Carter Family, Bill Monroe, Hank Williams, Patsy Cline, Tammy Wynette, Emmylou Harris, Dolly Parton, Johnny Cash, Willie Nelson, Merle Haggard, Roger Miller, Alan Jackson, Garth Brooks, Carrie Underwood, Lyle Lowett, Josh Turner, Gillian Welch, Alison Krauss, Kenny Chesney, les Dixie Chicks, le Zac Brown Band et beaucoup d'autres ... Rhonda Vincent fait partie des artistes les plus en vue de la scène Country actuelle. Chanteuse, compositrice et multi instrumentisteelle est surnommée "The New Queen Of Bluegrass" par référence à l'autre artiste majeure du Bluegrass, Alison Krauss. Ses parents ont détecté son don pour le chant alors qu'elle n'avait que 3 ans ! Elle a alors très rapidement intégré le groupe familial, "The Sally Mountain Show". En dépit de cette carrière particulièrement précoce, elle a dû pourtant attendre 2001 et l'album "The Storm Still Rages" pour connaître enfin la consécration. Cette année là, elle se produisit pour la première fois sur la scène du plus important festival Français, le "Country Rendez-vous" de Craponne sur Arzon, en Haute Loire. 15 ans et 8 albums plus tard, dont le dernier "Only Me" en 2014, elle est toujours au sommet.

http://www.rhondavincent.com/

A lire

Jean-Michel DELACOMPTÉE / Petit éloge des amoureux du silence

Un petit livre qui ravira les mélomanes qui ne supportent ni l'omniprésente musique d'ambiance, ni le bruit incessant qui nous environne.

"Pour beaucoup de gens, le bruit est un bienfait. Non seulement il ne les dérange pas, mais ils l’aiment. Il leur est impossible de comprendre qu’on veuille s’en délivrer, a fortiori qu’on l’abhorre. Ils le convoitent, ils le cajolent. Le bruit leur est une seconde nature. Ils s’en enveloppent, pareils aux apiculteurs qu’entoure les ruches un essaim d’abeilles. Ils l’enfilent comme on se chausse. Pas une heure sans bruyant cortège. Le silence les inquiète, le bruit les rassure. Ils vivent avec lui, en lui. Ils ne peuvent vivre sans sa compagnie Il les devance, il les suit, on dirait leur ombre. Quand ils se couchent, il les borde".

Une photo, une histoire

Riquewihr - 1er avril 2013

Situé en plein coeur du vignoble Alsacien, Riquewihr est un petit village médiéval au patrimoine architectural unique. Le "Dolder" qui signifie "le point le plus haut" en Alsacien, a été édifié en 1291. Il servait de porte d'entrée à la ville. Il ouvre sur la rue principale, bordée de superbes maisons à colombages, colorées et fleuries.

Une photo, une histoire sur Adobe Spark

Chaque mois où presque, je publie une photo sur ce Blog, dans la rubrique "Une photo, une histoire". J'en ai rassemblé quelques-unes (et d'autres) sur "Adobe Spark". Vous pouvez les retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://spark.adobe.com/page/9eTFQOBye1l7a/

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Retrouvez Jazznicknames sur Twitter

@jazznicknames

https://twitter.com/jazznicknames

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Ce Blog amateur est sans but lucratif. Certaines photos et certains logos sont sous copyright. Les personnes ou les sociétés disposant des droits sur ces images, qui souhaiteraient les voir retirer, sont invitées à me contacter. Les extraits musicaux et les liens vidéos ne figurent sur le Blog qu'à titre d'illustration. Ils ne constituent en aucun cas, une quelconque incitation au téléchargement illégal.

"Le Blog de Jazznicknames" is an amateur Blog with no lucrative reasons for being. Some pictures and logos are protected by copyright laws.  If you have the rights to these pictures and / or logos and wish to have them removed from this website, please contact me by E mail.
The musical and video excerpts on this site are only used to quote and illustrade. They have not been included in any way to entice illegal downloading.

jazznicknames@gmail.com

Florence - Vicolo Di San Marco Vecchio - Graffiti - 31/10/2016

Florence - Vicolo Di San Marco Vecchio - Graffiti - 31/10/2016

Retour à l'accueil